Olivier Vion, révélateur d’ingénieurs

Olivier Vion (19-09-2017)┬®franckalix-1

L’obsession d’Olivier Vion est de créer des vocations. Il préside l’antenne occitane de l’association des ingénieurs et scientifiques de France (IESF), dont la principale activité est de promouvoir ces métiers auprès du grand public.

Fichage – Olivier Vion ouvre sa porte et affiche le rictus gêné de l’homme au téléphone. La conversation se poursuit lorsqu’il s’installe à la table de réunion de l’IESF Occitanie. Le président est une personne occupée. Son association se charge d’alimenter le répertoire national des ingénieurs : « Cette base de données référence tous les ingénieurs de France dès leur diplôme obtenu. »

Pénurie – « Notre activité principale est de donner envie aux jeunes d’embrasser le métier. 30 000 ingénieurs sortent des écoles chaque année. On estime qu’il en faudrait 20 000 de plus pour que la France reste compétitive », explique Olivier Vion. Sur l’année scolaire 2016-2017, les bénévoles de l’IESF Occitanie auront réalisé 140 interventions auprès de 4 500 élèves de la troisième à la terminale.

Relais – « Au collège, on essaie de les faire rêver sur le métier. On leur démontre qu’ils pourront construire des choses concrètes, qui serviront aux gens. Pour les terminales, il s’agit plus d’évoquer le cursus, et de les encourager à se dire que c’est possible. » Olivier Vion sait de quoi il parle. Il a participé à l’élaboration d’un ouvrage fréquenté par plus de 10 millions de passagers en 2016. « J’ai conçu le béton utilisé sur la partie française du tunnel sous la manche. J’ai travaillé 5 ans pour l’entreprise Lafarge ».

Taupe –Après cette expérience, l’ingénieur crée sa société de consultant en marketing dans les travaux sous-terrain. Une passion pour les sous-sols qui l’amène aujourd’hui à la direction exécutive de l’association internationale des tunnels et de l’espace sous-terrain, son autre casquette.

Dring – « Non seulement c’est concret l’ingénierie, mais c’est un métier où l’on trouve du travail », insiste Olivier Vion, avant d’être interrompu par la sonnette. Quatre ingénieurs vétérans viennent s’asseoir. Une réunion importante va débuter pour l’organisation de la Journée nationale de l’ingénieur, le 19 octobre : « On va parler du spatial dans la société de demain, il y aura même des astronautes. Soyez là ! »

Gabriel Haurillon

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.