Manuel Furet, la modernité du barreau toulousain

Le 1er janvier 2019, Manuel Furet a officiellement pris ses fonctions de nouveau bâtonnier du barreau de Toulouse. Avec lui, un vent de modernité souffle sur l’Ordre local des avocats.

Manuel Furet la modernite du barreau toulousain
®Franck Alix

Préliminaire

« Charentais de naissance, Lotois d’enfance, Corrézien d’adolescence et Toulousain d’expérience. » C’est ainsi que Manuel Furet retrace ses origines. Il pose finalement ses valises dans la Ville rose pour des raisons sentimentales et ne la quittera plus. Il y suit des études de droit et y entame une brillante carrière d’avocat. Un choix professionnel qui n’était pourtant pas évident.

Argumentation

« Ma personnalité et mes centres d’intérêt m’ont d’abord orienté vers le journalisme. Je me suis même inscrit à Sciences Po Bordeaux », se souvient le juriste. Mais il ne persévérera pas, préférant fréquenter assidûment les amphithéâtres de l’Arsenal, la fac de droit toulousaine. Génétiquement programmé pour exercer une profession libérale, par son appétence pour la défense et l’indépendance conforte rapidement son envie de courir les prétoires.

Plaidoirie

Il s’inscrit au barreau de Toulouse en 1996 et se spécialise dans le droit des affaires et le droit immobilier. Son domaine de prédilection ? Les énergies renouvelables. Une orientation qu’il doit aux demandes de ses clients : « Je privilégie leurs besoins et me suis rendu compte que les contentieux liés à cette problématique étaient nombreux. »

Audience

Dans cette même optique, il a choisi d’exercer au sein d’un cabinet, CLF Avocats : « C’est important pour nos clients de savoir que l’expertise est globale. Chacun de mes associés conserve sa spécialité, mais elle s’inscrit dans une plus grande synergie. » Travailler en cabinet offre également un appui non négligeable pour les membres : « Notre profession est difficile, tant physiquement que moralement. Nous sommes les premiers confidents et, face à la détresse des autres, un soutien est souvent nécessaire », avoue Manuel Furet.

Conclusions

Il a d’ailleurs consulté ses associés avant de se lancer dans la campagne pour l’élection de bâtonnier. À la majorité absolue, il remporte le scrutin et entend redonner une note de modernité à l’Ordre des avocats qu’il représente aujourd’hui. « Plus de proximité et de simplicité dans un monde désormais numérique » : tel sera l’enjeu de son mandat.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.