Le Festival de Thau, entre écologie et diversité

Réputé pour défendre l’environnement, le festival de Thau s’engage aussi à promouvoir les diversités.

Festival de Thau
Festival de Thau

Seul festival du Sud-Ouest certifié écoresponsable, Thau propose chaque année des écodialogues, en présence de personnalités vertement engagées. Mais la lagune classée site Natura 2000 n’est pas que le rendez-vous des amoureux de la nature : « Le festival défend aussi la diversité, sous toutes ses formes », explique Monique Teyssier, sa présidente. Après avoir débattu l’an dernier du droit des femmes et de la place des femmes artistes dans la société, cette 27ème édition accueillera l’association Zone Franche. Ce réseau, dédié aux musiques du monde, a mené campagne ces derniers mois pour faire entrer la diversité musicale dans les débats électoraux. Il prône, entre autres, « la valorisation des richesses de la diversité culturelle et des patrimoines culturels immatériels » et interroge sur « les enjeux de la coopération Nord-Sud et la promotion des échanges internationaux équitables ».

La programmation témoignera de cet éclectisme, avec la néo-soul de la Franco-Camerounaise Ndobo Emma ou les rythmes mandingues ou cubains de l’African Salsa orchestra. Tryo, Bernard Lavillier, Asaf Avidan ou Gaël Faye donneront aussi de leur voix. Le reste de l’année, c’est à travers le collectif Silo que la diversité s’exprime : « C’est un centre de création, un réservoir coopératif pour accompagner des artistes de tous horizons dans leur démarche culturelle », explique Monique Teyssier. Depuis 15 ans, le festival est aussi un référent de la mission locale, qui accompagne, durant l’été, des jeunes en difficulté dans un chantier d’immersion artistique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.