Le collectif Stop Tafta 31 appelle à ne pas ratifier le Ceta

Le traité Ceta de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada doit être soumis au vote des députés le 17 juillet. Le collectif Stof Tafta31, comme 70 autres organisations, les appelle à ne pas ratifier le texte.

Palais Bourbon

Le 17 juillet, les députés se prononceront pour ou contre la ratification du traité de libre-échange européen Ceta, que dénoncent avec force les membres du collectif Stop Tafta31. Pour l’occasion, ils auraient pu planifier une manifestation ou tenter de convaincre les parlementaires départementaux… mais ils n’en ont pas eu le temps : « La date de passage du texte à l’Assemblée n’a été communiquée que le 26 juin dernier et les associations n’ont pas pu mobiliser leurs troupes. C’est un scandale de ratifier le Ceta en catimini, au cœur de l’été », s’insurge Pascal Gassiot représentant de Stop Tafta31.

Un collectif rattaché à un mouvement de plus de 70 organisations, qui, après avoir combattu le traité commercial transatlantique, bloqué depuis trois ans, avertit à présent des dangers que fait courir son homologue canadien. Celui-ci est appliqué, provisoirement, depuis septembre 2017.

Un traité aux nombreux impacts

Dumping social, possibilité pour une multinationale d’attaquer un État en justice, instance de gouvernance non élue… « Le Ceta est antidémocratique et climaticide. Aujourd’hui, nous avons le choix entre deux mondes, deux avenirs. L’un productiviste, qui fait du mal à la nature et à l’Homme. L’autre qui relocalise et agit dès maintenant pour la planète », résume Hélène Cabanes, porte-parole d’Europe Ecologie-les Verts et membre du collectif.

Depuis son site Internet, Stop Tafta31 appelle les internautes à demander aux députés de ne pas ratifier le Ceta. Plus de 130 000 courriels ont déjà été envoyés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.