La brasserie Le Languedoc change de propriétaire

S’il a souhaité conserver le nom et l’âme de l’établissement, le nouveau propriétaire du Languedoc, la brasserie jouxtant la place du Salin, y a emmené sa touche personnelle.

Les nouveaux propriétaires du Languedoc
©Franck Alix

Depuis 40 ans, la brasserie Le Languedoc, également surnommée ‘’La 7e chambre’’ ou ‘’Le bar des avocats’’, est le repère des juristes et des riverains du quartier Saint-Michel. Attablée dans la salle pour ressasser les rebondissements d’un procès houleux ou accoudée au comptoir pour discuter des avancées des travaux de la place du Salin, la clientèle d’habitués a vu, cet été, Le Languedoc changer de mains.

Bastien Vayssière, propriétaire du bar à vin et tapas Maître Renard, vient de relancer cette cantine de quartier, située derrière le tribunal de grande instance, à l’entrée de la rue du Languedoc. Il est accompagné de ses deux acolytes Frédéric Marty et Melchior de Buchet. Toujours attaché aux fables de La Fontaine, il a apporté sa touche personnelle tout en gardant l’âme des lieux. La première illustration en est la décoration : « Nous avons conservé l’ambiance brasserie et les décors des années 1960 à base de formica, mais la salle du fond affiche désormais une large fresque sur le thème du conte ‘’Le Corbeau et le Renard’’ », explique-t-il.

Mais au-delà de l’aménagement intérieur, assuré par l’architecte Cécilia Febrer, spécialiste des enseignes de restauration, l’idée est de proposer une carte éclectique, mêlant des concepts distincts à différents moments de la journée, pour que chacun puisse s’y retrouver. Il est donc possible de prendre un café et des viennoiseries dès l’ouverture à 8h30, mais aussi de déjeuner façon brasserie le midi ou encore de passer en mode bar à tapas le soir.

“Des produits issus de circuits courts pour garantir la qualité et la fraîcheur”

En cuisine, pour le déjeuner, le chef concocte les plats traditionnels des brasseries parisiennes comme le hareng pomme à l’huile, l’onglet de bœuf, l’omelette aux herbes et le baba au rhum. « Tout est fait maison », précise-t-on derrière les fourneaux. De grandes ardoises thématiques de charcuteries et de tapas sont dressées pour le dîner. Au choix, une planche française garnie entre autres de pâté, saucisson de sanglier, brie et autre bethmale, une assiette espagnole où trônent tortilla, padrones, chorizo et manchego, ainsi qu’une italienne sur laquelle se bousculent bruschettas, mortadelle à la pistache, caviar d’aubergines et mozzarella.

« Il n’y a ici que de bons produits que nous recevons tous les matins. Ainsi, nous savons exactement ce que nous proposons à nos clients. Des produits issus de circuits courts pour garantir la qualité et la fraîcheur, ou en réduisant les intermédiaires », lance Alexandre, le directeur des lieux. Il en est de même pour la carte des vins regroupant 15 références que l’équipe du Languedoc a sélectionnées. Côté bar, où Alexandre officie, les cocktails sont préparés à base de légumes, fruits et aromates de saison. En ce moment, le maître du zinc conseille une margarita aux poivrons ou un mojito cognac basilic. Aussi bon que surprenant.

Infos pratiques :
Le Languedoc, 4 rue du Languedoc à Toulouse, 05 67 22 59 66



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.