Kader Belarbi, primé meilleure personnalité chorégraphique de l’année

À la tête du Ballet du Capitole depuis cinq ans, Kader Belarbi vient de recevoir le prix de la « Meilleure personnalité chorégraphique de l’année ». Une récompense qui couronne des années de travail pour rompre avec l’image poussiéreuse du ballet et le mettre à la portée de tous

// Par Maylis Jean-Préau

Kader Belarbi
Franck Alix

Opinion. Le 19 juin dernier, l’Association Professionnelle de la Critique de Théâtre, Musique et Danse, rassemblant une centaine de critiques de France et de l’étranger, a remis à Kader Belarbi le prix de la « Meilleure personnalité chorégraphique de l’année ». Il faut dire que cette saison, entre Le corsaire et Don Quichotte, ses créations ont reçu bien des éloges. Ce qui n’empêche pas le directeur de la danse de rester à l’écoute des commentateurs : « Les critiques, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, ont leur importance ! »

Groupe. « Cette récompense, c’est l’aboutissement de près de 40 créations, se réjouit l’intéressé. Je veux la partager avec les danseurs qui s’entraînent avec moi dans les studios de danse à Montaudran. Tout se passe là ! » Depuis 2012, Kader Belarbi a fait évoluer à son image le Ballet du Capitole pour en faire « un ballet vivant d’aujourd’hui ». En dehors des chapelles, il s’intéresse au baroque, au hip-hop comme à la danse contemporaine.

Envol. Tombé dans la marmite de la danse étant enfant, Kader Belarbi intègre, juste avant la limite d’âge, à 13 ans, l’école de l’opéra de Paris : « Mon enfance c’était plus foot et vélo ! ». En 1980, il rentre dans le Corps de ballet, avant d’être nommé Étoile. Il va danser avec les plus grands, comme Marie-Claude Pietragalla, et crée ses propres chorégraphies.

Ouverture. Au Ballet du Capitole, il n’a de cesse de rapprocher la danse des Toulousains. « Nous dansons au théâtre Garonne ou à la Halle aux grains pour aller au-devant d’autres publics », explique-t-il. Il permet aussi aux spectateurs de participer à des ateliers chorégraphiques avec les danseurs du Ballet.

Féerie. La saison prochaine sera chargée pour Kader Belarbi, avec notamment une tournée au Brésil et de nouvelles chorégraphies : « nous travaillons sur une création complète autour de Casse-noisette, pour décembre. Ce sera une vision sombre et merveilleuse du conte d’Hoffmann, pour enfants et adultes ». La critique n’a donc pas fini de parler de Kader Belarbi.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.