Futurapolis dévoile ce que le futur nous réserve déjà

CURIOSITÉ – Le festival Futurapolis prend ses quartiers dans la Ville rose les 24 et 25 novembre. Vitrine du fourmillement en matière d’innovation, il sera notamment question cette année d’hélicoptère électrique, de voyage sur Mars ou encore de sexe avec des robots.

futurapolis toulouse
© Maxime Huriez

 

«On veut s’adresser au doctorant comme à l’enfant de 5 ans ». C’est ainsi qu’Étienne Gernelle, le directeur du Point, le média qui organise l’événement, résume l’état d’esprit de Futurapolis. Pour sa 6e édition qui débute vendredi 24 novembre, la manifestation souhaite, cette année encore, susciter la curiosité en mettant à l’honneur les innovations au sens large. Pour cela, elle jongle entre conférences de scientifiques, de responsables de grandes entreprises, de penseurs et présentation d’inventions très concrètes. Une formule qui a attiré 12 000 visiteurs l’an dernier.

Le lab permettra au public d’expérimenter, de tester, de toucher, de “marcher sur la lune”…

« Cette année, nous avons voulu donner une coloration autour de la mobilité, car le milieu des transports fourmille de créativité », explique Étienne Gernelle. Il sera par exemple question des trains supersoniques Hyperloop, de véhicules volants ou de tourisme spatial.

Futurapolis est aussi l’occasion de réveiller son âme d’enfant. Parmi les conférences insolites, un échange sur l’amour et les robots, ou encore « un factchecking des grandes œuvres de science-fiction réalisées par des scientifiques », s’enthousiasme le journaliste. « Ils nous diront notamment quelle quantité d’énergie serait nécessaire pour faire fonctionner les sabres lasers de Star Wars. » Le lab permettra au public d’expérimenter, de tester, de toucher, de “marcher sur la lune”, de voir des drones ou le premier hélicoptère français à propulsion électrique voler, mais aussi de rencontrer des robots empathiques et subaquatiques. La question environnementale ne sera pas en reste avec plusieurs interventions autour de la ville de demain ou des océans. Des start-ups bénéficiant du label Greentech Verte du ministère de la Transition écologique et solidaire viendront présenter leurs projets.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.