Expérimentation des emplois francs : objectif de 643 contrats d’ici fin 2019 en Haute-Garonne

Depuis le 28 mars dernier, la Haute-Garonne éprouve les emplois francs, le nouveau dispositif de l’État visant à favoriser l’embauche des habitants des quartiers prioritaires. L’objectif est porté à plus de 640 contrats signés d’ici la fin de l’année.

Emplois francs
Emplois francs ©DR

« À diplôme, âge et parcours équivalents, il est plus difficile d’accéder à un emploi pour les habitants des quartiers prioritaires », constate-t-on à la Préfecture de Haute-Garonne. Pour lever ce frein, l’État expérimente un nouveau dispositif : les emplois francs. Il s’agit, pour les entreprises, de bénéficier d’une prime pour toute embauche en contrat à durée déterminée de plus de six mois ou indéterminée d’un demandeur d’emploi issu des quartiers prioritaires de la ville (QPV). 5 000 euros par an pendant trois ans pour un CDI et 2 500 euros pour un CDD à temps plein. « Une réelle volonté d’agir efficacement dans des territoires où les conditions de vie sont plus dures qu’ailleurs », commente Étienne Guyot, préfet de la Haute-Garonne.

Le département est le seul en Occitanie à participer à cette expérimentation, depuis le 28 mars dernier. « D’ici la fin de l’année, l’objectif est de réaliser 643 embauches », précise Christophe Lerouge, à la tête de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte). À ce jour, une quarantaine ont déjà été contractualisés, tous secteurs confondus. Le transport, l’hôtellerie-restauration et le bâtiment étant particulièrement réceptifs au programme.

Une démarche de discrimination positive

Ainsi, Transdev Occitanie, spécialisée dans le transport de personnes, est l’une des premières entreprises de Haute-Garonne à s’engager dans le dispositif. « Simple d’accès puisqu’il suffit de constituer un dossier auprès de Pôle emploi. C’est une aubaine pour nous », confie Thierry Brunel, directeur régional de Transdev Occitanie. La société, qui a embauché 108 personnes en 2018, est en recrutement permanent et a déjà validé un emploi franc. Trois autres sont actuellement en cours, en CDI.

Du côté des demandeurs d’emploi, seule condition pour être éligibles à l’expérimentation : résider dans l’un des 19 quartiers prioritaires de la ville que compte le département, et être inscrit à Pôle emploi. Critères que remplit Madi Tamimou. Originaire de Mayotte, il vit désormais à Muret, dans une zone classée QPV. « Après une période de chômage, j’ai déposé ma candidature à un emploi franc et j’ai rapidement été contacté par Transdev », témoigne-t-il. Depuis mai dernier, il est chauffeur de bus et « fier de l’être ». « J’ai retrouvé une vie sociale et je m’épanouis dans ma nouvelle profession », confie-t-il.

« De nombreuses compétences se trouvent dans les quartiers »

Une démarche de discrimination positive que saluent la préfecture et Pôle emploi à l’unisson. « Nous savons que de nombreuses compétences se trouvent dans les quartiers, mais qu’elles sont bridées par des préjugés défavorables. Notre but est d’amener ces savoir-faire et les besoins des entreprises à se rencontrer », explique Michel Caujolle, directeur territorial délégué de Pôle emploi à Toulouse. Un objectif sur lequel le gouvernement fera le point en décembre prochain, date à laquelle se termine l’expérimentation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.