[En vue] Vincent Misraï : Publicateur libre

Dr Vincent Misrai╠ê (16-02-2016)┬®franckalix-1Docteur à la clinique Pasteur de Toulouse, Vincent Misraï a remporté le prix d’urologie de l’académie nationale de médecine fin 2015. Spécialiste du laser Greenlight pour le traitement de l’adénome de la prostate, c’est le premier chirurgien du secteur privé à obtenir cette distinction.

 

Destin. Vincent Misraï n’est pas né passionné par son métier, il l’est devenu. « Je me suis inscrit en médecine non pas par vocation, mais par curiosité. Et j’ai mordu à l’hameçon. » Après 6 ans d’externat en parallèle de ses études à Toulouse, il se spécialise en urologie, « parce que c’est une branche à la fois chirurgicale et médicale. » Il travaille dans de grands hôpitaux parisiens (Necker, Cochin, Pitié-Salpêtrière et Bichat), avant de retrouver Toulouse en 2009 pour la clinique Pasteur.

Lauréat. À 41 ans, Vincent Misraï remporte le prix d’urologie de l’académie nationale de médecine, auquel il avait candidaté. Cette distinction salue son travail dans le traitement de l’adénome de la prostate avec le laser Greenlight. « J’ai essayé d’apporter le meilleur aux patients avec cette technologie ».

Écriture. Le prix salue un travail hospitalo-universitaire et fait suite à plusieurs publications : « La recherche et la rédaction sont habituellement réservées aux médecins du public, car c’est leur mission. » Pourtant, l’urologue libéral a publié une cinquantaine d’articles dans des revues spécialisées. « La chirurgie et les revues médicales sont une école de l’humilité. On vise le top des sujets au début ; on est vite remis à sa place ».

Simplicité. Depuis plusieurs mois, l’urologue parcourt le territoire pour initier des équipes chirurgicales au laser. « C’est une vraie reconnaissance, mais aussi une source de pression. Je reçois parfois des invitations à des congrès en France et en Europe, où viennent également de grands urologues que j’admire ».

Musique. « Je consacre peu de temps aux loisirs. Mais je joue du piano, depuis dix ans » Vincent Misraï prend des cours auprès de Michel Laporte, un professeur de piano qui est aussi celui d’autres urologues et docteurs toulousains. « Nous nous retrouvons chaque année pour la fête de la musique ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.