[En vue] Jean-Baptiste Del Amo, un Toulousain en lice pour le Goncourt

©franckalix
©franckalix

 

De son vrai nom Jean-Baptiste Garcia, le romancier Jean-Baptiste Del Amo est né à Toulouse en 1981. Son dernier livre, Règne animal est présélectionné pour le prix Goncourt. Il y décrit l’histoire d’une famille “dysfonctionnelle” d’agriculteurs du Sud-Ouest.

Par Enri Ramousset

Enfance. Jean-Baptiste Garcia grandit à Fontenilles « à quelques kilomètres du Gers. » Vers 13 ans, il commence un roman, dont le manuscrit s’est perdu. « J’y travaillais chaque jour après l’école. C’était un moyen d’évasion », précise-t-il.La scolarité, pas franchement un bon souvenir pour le romancier. « Était-ce moi qui n’étais pas adapté ou l’inverse ? Je ne sais pas mais j’étais très impatient d’en finir avec l’école. Elle ne m’a pas ouvert d’horizons », affirme-t-il aujourd’hui.

Écrire. En 2006, il remporte le Prix du jeune écrivain de langue française grâce à “Ne rien faire”, une nouvelle inspirée d’un voyage au Burkina Faso. Travailleur social, il est licencié économiquement la même année et décide de se donner un an pour écrire « plus sérieusement. » Publié en 2008, “Une éducation libertine” remporte le Prix Goncourt du premier roman l’année suivante. « C’était un livre ample, écrit avec le désir de tout mettre dedans. Je n’ai pas de rituel d’écriture, mais je ne peux plus écrire comme cela aujourd’hui. Il me faut plus de temps. »

Cochon. « Animal totémique », le porc – déjà présent dans son premier roman – est central dans “Règne animal”. Pourtant, son dernier ouvrage « est d’abord un livre sur la condition humaine », martèle l’auteur. « Il y a une confusion entre mes positions militantes de végétalien et ce livre qui montre comment la violence se transmet de père en fils dans une famille qui devient dysfonctionnelle.

Souffrance. Pour Jean-Baptiste Del Amo, cette violence entre les hommes trouve son origine dans celle infligée aux animaux. « Nous avons normalisé la souffrance animale. Il faut questionner cela. Si l’on englobe les animaux dans notre justice morale, on reconsidèrera nos liens avec les populations asservies. »

Film. S’il a déjà en tête le sujet de son prochain ouvrage, Jean-Baptiste Del Amo n’est pas seulement romancier. Outre un projet de long-métrage, il a écrit un premier court-métrage qui devrait être tourné en 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.