[Elle mérite la Une] Dominique Hornus-Dragne, à l’assaut du cancer

©KevinFiguier/JT
©KevinFiguier/JT

 

Octobre Rose débute, l’occasion de partir à la rencontre de ceux qui organisent la lutte contre le cancer du sein. Dominique Hornus Dragne, une Toulousaine médecin anesthésiste, a fondé en 2011 Solution R.I.P.O.S.T.E, une association qui accompagne les femmes malades ou en rémission grâce à la pratique de l’escrime.

Sensibilité « La première chose qui me motive, c’est l’humain », confie Dominique Hornus-Dragne. Et ça n’est pas difficile à croire quand elle explique qu’aux Jeux paralympiques de Rio, où elle était médecin de l’équipe de France, elle a été très émue. «J’étais là, en tenue officielle, avec mon sac pour les urgences médicales, je regardais l’escrimeur Maxime Valet gagner et je pleurais comme une madeleine.»

Fleuret Depuis l’âge de 10 ans, la Toulousaine se passionne pour l’escrime. «C’est un sport très élégant, où les gens se respectent, sont fair-play, une activité de personnes bien élevée», lance-t-elle en riant. «J’ai essayé de faire du judo, mais m’accrocher à quelqu’un qui transpire, ce n’est pas mon truc !»

Évidence «Depuis toute petite, je fais du bénévolat. Ça n’est pas un effort pour moi», raconte-t-elle. C’est cette fibre humaine et son amour de l’escrime qui l’ont poussé à créer Solution RIPOSTE. «Pour redonner le sourire aux femmes atteintes du cancer du sein, pour qu’elles reprennent confiance en elle, pour qu’elles s’intègrent à un groupe.»

Réparation «Les femmes qui ont été opérées d’un cancer du sein ne peuvent plus faire certains gestes du quotidien comme ouvrir les rideaux, agrafer un soutien-gorge ou mettre un turban sur leur tête», explique-t-elle. «L’escrime, adaptée aux patientes, rééduque naturellement : grâce aux réflexes de défense qu’elles ont sans réfléchir, nous les amenons à avoir une amplitude de geste de plus en plus importante.»

Horizon Et ça marche : des études montrent une amélioration du pronostic médical des patientes. L’hyperactive Dominique Hornus-Dragne ne compte pas s’arrêter en si bon chemin : «j’aimerais aller encore plus loin et pouvoir proposer d’autres sports, mais aussi aider les personnes atteintes d’autres types de cancer.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.