[Edito] Que regardez-vous ?

Doit-on écrire « une femme en fauteuil roulant passe à vos côtés » ou « une femme passe en fauteuil roulant à vos côtés » ? De qui parle-t-on ? D’une femme à part entière ou d’une personne en situation de handicap ? Quoi qu’il en soit, imaginez-vous la scène et répondez à cette question : Que regardez-vous ? La femme ou le fauteuil roulant ? Qu’éprouvez-vous ? Gêne, curiosité, indifférence envers une inconnue comme une autre ? Elle vous rend votre regard. Vous détournez les yeux l’air de rien ? Vous lui souriez avec compassion ou sans arrière-pensée ?

Incontestablement, le regard sur le handicap a évolué dans le bon sens dans notre société. Pourtant, il provoque encore de la peur et parfois de l’hostilité car il renvoie à une situation de dépendance supposée dans laquelle une personne valide ne veut pas tomber.

« Le regard sur le handicap est primordial car il peut ajouter à l’incapacité mentale ou physique, un handicap social. »

Le regard est primordial car il peut ajouter à l’incapacité mentale ou physique, un handicap social. Comme le remarque le psychologue Patrick Conrath, « le terme “handicap” fait lui-même obstacle à la singularité, à la prise en compte de la personne en tant que telle, puisqu’il renvoie à des difficultés extrêmement différentes, multiples, concernant le corps et/ou le psychisme, qu’elles soient innées ou apparaissent au détour de la vie. » Et de s’interroger : « Comment donner du sens à soi-même lorsque l’on est marqué par une terminologie aussi floue et généraliste

Réduire une personne à son handicap, c’est nier ses qualités, ses connaissances, ses capacités, ses compétences. Sans éluder les différences et les limites qui leur sont liées, et en nous y adaptant autant que possible, ne peut-on pas tout simplement nous focaliser sur les potentiels de chacun, au lieu de définir une personne en fonction de ses seules limites.

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.