Des semelles pour retarder la dépendance

La diminution de la vitesse de marche est un indicateur de la perte d’autonomie. La détecter précocement grâce à des semelles connectées est le pari du gérontopôle du CHU de Toulouse, qui signe sa première invention technologique. – Monique Castro

innovation
© Smart insole

« La vitesse de marche, tant elle est corrélée au risque de mortalité ou d’entrée dans la dépendance, devrait être considérée comme une constante vitale, au même titre que la fréquence cardiaque ou la pression artérielle », explique Antoine Piaud, gériatre au CHU de Toulouse. Mais comment mesurer des variations de vitesse d’environ 0,1 mètre par seconde, par nature imperceptibles et par essence inquiétantes ? « Nous avons pensé à des semelles intelligentes, moins stigmatisantes qu’une montre et plus acceptables par le patient», ajoute-t-il.

Il aura fallu quatre ans et un investissement de 1,4 million d’euros (financé par l’Agence nationale pour la recherche et le laboratoire Agim de l’université Joseph Fourier de Grenoble) pour que le projet porté par le gérontopôle de Toulouse et baptisé “Respect” voie le jour. Et toute l’ingéniosité des partenaires (Laas-CNRS, Medicapteurs, Sadir, Actia, Agim) pour faire tenir les différents composants dans une structure souple de 2,5 millimètres d’épaisseur. Imaginons des capteurs de mouvements, une unité d’analyse, une batterie, un économiseur d’énergie, une antenne radio pour transmettre les résultats et une mémoire tampon, tout ça dans une chaussure ! « Il y aura eu quatre versions avant d’arriver à la semelle définitive.

Elle est tellement fine qu’elle s’insère même dans des nu-pieds », lance Antoine Piaud. En général, quand elle survient, la réduction de la vitesse de marche est associée à d’autres critères de fragilité comme la perte de poids, la sensation de fatigue ou une poignée de main moins vigoureuse. En interrogeant les données envoyées par la semelle à un terminal de collecte, le médecin peut détecter les premiers signes de perte d’autonomie et adapter un programme de prise en charge qui retarde l’entrée dans la dépendance. Les capteurs comptabilisent également la distance parcourue dans une journée.

« Contrairement à un podomètre, nous ne prenons pas en compte les pas entre le frigo et le fauteuil, mais uniquement la marche efficace », souligne-t-il. Une soixantaine de seniors ont testé ces semelles innovantes qui devraient être prochainement commercialisées.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.