Annie Beck, sauvée de la déportation

À 93 ans, Annie Beck témoigne pour dire l’indicible et dénoncer « l’indifférence passive », qui a permis les atrocités de la Deuxième Guerre mondiale. L’exposition “Gamins d’hier, ados d’aujourd’hui”, organisée au Musée de la résistance et de la déportation jusqu’à fin septembre, raconte notamment son histoire. – Monique Castro

annie beck
© Franck Alix

Menace

Née en 1925 à Varsovie, Annie Beck, qui s’appelait Anna Bach, grandit à Nancy où elle passe « une enfance heureuse ». En 1940, fuyant l’avancée des nazis, la famille part à Bordeaux. Obéissant aux lois de Vichy, son père se fait recenser comme Juif. « Je n’ai jamais compris qu’il l’ait fait. Il disait pourtant qu’il n’avait rien à cacher », regrette-t-elle.

Évasion

La famille est arrêtée en juin 1941, Anna est enfermée avec son père dans un camp près de Tours. Ses petites sœurs, Hélène, 12 ans, et Ida, 9 ans, trop jeunes pour être internées, sont assignées à résidence avec leur mère, tout près du camp « gardé par des Français.» Un matin de juillet 1942, les Allemands sont arrivés. « Ils nous donnaient des coups de crosse. Nous faisions la queue pour monter dans les camions quand mon père a repéré un trou dans les barbelés. Il m’a dit: “Cours Anna”. Je ne l’ai jamais revu. »

Cachée

Recueillie par des résistants, Anna se réfugie à Toulouse chez sa tante avant d’être prise en charge par le réseau du cardinal Saliège, l’un des rares responsables religieux à avoir aidé les Juifs. Elle est cachée pendant deux ans au couvent de Notre-Dame de Massip, dans l’Aveyron avec 80 autres enfants juifs. C’est là qu’Anna « trop connoté » devient Annie.

Horreur

« Un jour, je suis revenue à Nancy, voir l’appartement où je vivais. » Un homme l’accoste dans la rue : « Tu es la petite Bach ? J’étais avec ton père à Auschwitz. » Elle apprend que ce dernier faisait partie des commandos qui retiraient les corps des chambres à gaz. Le jour où il a vu ceux de sa femme et de sa fille, il s’est jeté sur les fils de fer barbelés électrifiés.

Vivante

À la fin de la guerre, Annie retourne chez sa tante, à Toulouse. « Pas question de reprendre mes études, il fallait que je gagne ma vie. » Elle apprend le secrétariat en six mois et à 19 ans rencontre celui qui deviendra son mari. « J’avais décidé de vivre. On doit se souvenir, mais ne pas être prisonnier du passé », lance-t-elle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.