Les médecins libéraux mobilisés pour une santé de qualité

Après avoir signé cet automne une convention Toulouse Métropole, l’Union régionale des professionnels de santé élargit désormais son action à toute l’Occitanie pour trouver des solutions face à la baisse de la démographie médicale. – Grégoire Souchay

cabinets médicaux
© Franck Alix

Comment faire face au problème de démographie médicale ? L’Union régionale des professionnels de santé (URPS), qui rassemble les 12 000 médecins libéraux d’Occitanie, a décidé de se faire entendre du public et de l’administration. « Les préoccupations de terrain ne sont pas suffisamment prises en compte », souligne le docteur Maurice Bensoussan, président de l’URPS. Si aujourd’hui, le nombre global de médecins dans la région demeure en hausse, les zones non pourvues se multiplient, y compris en ville, et l’avenir n’est pas rassurant : « Nous allons avoir un effet générationnel, avec des cohortes de départs en retraite, couplé à des difficultés pour les remplacements et recrutements », explique le Dr Bensoussan. À Toulouse, s’y ajoute le contexte local : « C’est une des villes les plus médicalisées du pays et pourtant, il reste complexe de trouver un praticien dans certains quartiers comme la Cartoucherie ou Borderouge », constate-t-il.
Pour remédier à ces problèmes, ont été créées depuis 2007, les maisons de santé pluriprofessionnelles, dont plusieurs sont en projet en Haute-Garonne. Leur principe : « Réaliser un exercice coordonné, avec plusieurs professionnels de santé au même endroit et des possibles spécialisations thématiques », précise Daniel Rougé, vice-président de Toulouse Métropole, chargé des relations avec les acteurs de la santé. « À terme, l’idéal serait d’en avoir une sur chacun des six secteurs de la ville », estime l’élu.

« L’idéal serait d’avoir une maison de santé pluriprofessionnelle sur chacun des six secteurs de la ville »

Encore faut-il trouver des solutions adaptées aux problématiques locales. Une convention a ainsi été signée en octobre dernier entre la Métropole, l’URPS et les autres acteurs du domaine comme la CPAM ou l’Agence régionale de santé pour faciliter la mise en place d’initiatives cohérentes. S’il est trop tôt pour dresser un bilan, déjà sortent de terre des projets de MSP comme celle de la Providence (Guilhemery) ou du quartier La Vache. On y expérimente par exemple des baux conventionnés avec Toulouse Métropole Habitat pour installer des médecins à moindre coût au pied des immeubles, notamment avec accès pour personnes handicapées. « Il n’y a pas de solution miracle, mais il serait bon de solliciter un peu plus les professionnels au niveau régional », assure le docteur Bensoussan.

Car après la Métropole, l’URPS vise désormais l’Occitanie tout entière, en rencontrant les maires pour « coller au mieux aux réalités de chaque territoire et sortir d’un modèle unique d’organisation centralisée ». Avec un mot d’ordre : « La concertation, indispensable à ce sujet si sensible de la démographie médicale ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.