La conseillère municipale Sylvie Brot signale la présence d’affiches antivax à Ramonville, au Sud de Toulouse. Elle demande au maire de tout mettre tout en œuvre pour qu’elles soient retirées rapidement.

affiche antivax ramonville
La conseillère municipale Sylvie Brot signale la présence d’affiches antivax à Ramonville. – CC0 Bicanski

Après Toulouse, Ramonville. « Dans la nuit du 3 au 4 septembre 2022, des affiches antivax ont été collées sur les panneaux d’expression libre de la ville de Ramonville Saint-Agne ainsi que celles réservées aux conseils de quartiers », écrit Sylvie Brot, conseillère municipale d’opposition de Ramonville, dans un courrier adressé au maire lundi 5 septembre. L’élue précise au Journal Toulousain en avoir constaté au moins cinq.

Rejet du référé en faveur des affiches à Toulouse

Le même jour, la préfecture de la Haute-Garonne fait savoir que « le Tribunal administratif de Toulouse a rejeté les requêtes en référé déposées par Réinfo Liberté et l’UNACS demandant la suspension de l’arrêté préfectoral portant interdiction de la campagne d’affichage contre la vaccination contre la Covid-19 ».

En effet, samedi 27 août, le préfet de la Haute-Garonne Étienne Guyot a pris un arrêté interdisant une campagne d’affichage antivax à Toulouse. La décision a été prise « après avoir signalé au procureur du tribunal judiciaire de Toulouse la campagne d’affichage en cours en Haute-Garonne qui comporte de fausses informations sur la vaccination contre la Covid-19, et après avoir mené une procédure contradictoire », selon la préfecture.

Sylvie Brot demande le retrait des affiches antivax à Ramonville

« Je vous demande donc de tout mettre en œuvre afin que ces affiches soient retirées au plus vite des panneaux d’affichage de la ville de Ramonville Saint-Agne », écrit Sylvie Brot dans sa lettre au maire de Ramonville.

Les affiches dénoncées font référence à des « vaccins expérimentaux ». Elles jouent sur la peur en évoquant des risques pour les enfants. « Un accident cardiovasculaire pour 100 injections : la santé de nos enfants vaut mieux que des vaccins expérimentaux », indique par exemple l’une d’elles.