lundi 27 septembre 2021

Contact

GersActualités du GersLe château de Castelmore, terre natale de D’Artagnan, est à vendre

Le château de Castelmore, terre natale de D’Artagnan, est à vendre

Basé à Lupiac dans le Gers, le château de Castelmore, connu pour être le lieu de naissance du plus célèbre des Mousquetaires, D’Artagnan, est en vente depuis la mi-avril.

château de Castelmore
A Lupiac (Gers), le château de Castelmore qui a vu naître et grandir le plus célèbre des Mousquetaires, D’Artagnan, est à la vente depuis mi-avril. (©Wikipédia)

Passionnés d’époque médiévale ou amoureux de littérature, l’acquisition du château du plus célèbre des Mousquetaires est désormais possible. En effet, l’édifice, situé sur la petite commune de Lupiac dans le Gers et appartenant à la famille de l’ancien sénateur-maire Yves Rispat, est en vente depuis la mi-avril.

Erigé entre le Xe et le XIIe siècle, le monument doit sa renommée au personnage historique D’Artagnan, romancé par Alexandre Dumas dans Les Trois Mousquetaires. De son vrai nom Charles de Batz de Castelmore, le militaire de profession est né et a grandi dans ce petit coin du Gers avant de mettre le cap vers Paris où il deviendra plus tard le « premier flic de France ».

Un ouvrage reconnu aux Monuments historiques

Le château de Castelmore, qui a connu plusieurs remaniements au fil du temps, s’étend sur une surface de 700 m2. Plusieurs parties de l’édifice, dont le hall d’entrée et un escalier monumental, sont aujourd’hui classées à l’inventaire des Monuments historiques. Mais ce n’est pas tout. Le domaine comporte également environ 65 ha de terres agricoles et un parc forestier de 74 ha. Domaine qui restera cher aux yeux de d’Artagnan malgré une vie mouvementée.

Si celle-ci est également entourée de beaucoup de mystère, les historiens s’accordent sur un point : le mousquetaire a retrouvé au moins une fois sa terre natale en 1660 lors d’un voyage où il escortait le roi Louis XIV et sa femme en route pour se marier au pays basque. Pour suivre les traces de D’Artagnan, il faudra débourser 2,5M d’euros, prix affiché sur Internet, afin de mettre le grappin sur son château.

Bastien GUY

 

Institut Supérieur de Journalisme de Toulouse
Cet article a été écrit par des élèves de l'Institut Supérieur de Journalisme de Toulouse dans le cadre d'un partenariat avec le Journal Toulousain.
 

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img