Suite à l’appel à la grève lancé par le collectif “Médecins pour demain”, plusieurs cabinets fermeront leurs portes ces jeudi 1er et vendredi 2 décembre dans le Tarn-et-Garonne. Les médecins généralistes dénoncent notamment des conditions de travail de plus en plus difficiles, de trop grandes charges administratives et des plannings surchargés.

santé médecins grève Tarn-et-Garonne
Dans le Tarn-et-Garonne, plusieurs cabinets de médecins fermeront leurs portes à la fin de la semaine dans le cadre d’un mouvement de grève CC Pikwizard

Un mouvement de grève se profile du côté des médecins généralistes. De nombreux cabinets fermeront leurs portes ces jeudi 1er et vendredi 2 décembre dans le Tarn-et-Garonne, comme dans le reste de la France. La mobilisation fait suite à l’appel à la grève lancé par le collectif “Médecins pour demain, qui rassemble près de 14 000 membres sur le réseau social Facebook. Des syndicats ont également rejoint le mouvement, tels que Jeunes Médecins, MG France, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) et le Syndicat des médecins libéraux (SML).

Augmentation du tarif des consultations de 25 à 50 euros

Par le biais de cette grève, les médecins généralistes pointent notamment du doigt la dégradation continue de leurs conditions de travail, la surcharge des plannings et la lourdeur des tâches administratives, faute de pouvoir embaucher des secrétaires médicales. Une des premières revendications du collectif “Médecin pour tous” est donc la revalorisation du prix des consultations, passant de 25 à 50 euros, alors que « la moyenne européenne fixe le tarif de consultation à 46 euros ». La différence serait évidemment prise en charge par les mutuelles des patients. Ceci permettrait notamment de rendre plus attractive la profession, mais aussi d’embaucher du personnel, tel que des secrétaires et des assistants médicaux, afin de libérer du temps médical et d’améliorer l’offre de soins.

Quels médecins font grève dans le Tarn-et-Garonne ?

Certains médecins en grève afficheront leur participation au mouvement grâce à un brassard “en grève”. D’autres fermeront tout bonnement les portes de leurs cabinets dans le Tarn-et-Garonne, à l’image du docteur Boulanger, installé à Saint-Antonin-Noble-Val, des docteurs Erhel, Diop et Colombo à Caylus et de la maison médicale de Caussade, selon des informations rapportées par la Dépêche du Midi. Pour le reste, il est difficile de quantifier le nombre de médecins en grève dans le Tarn-et-Garonne, car aucun document ne recense les professionnels qui participent au mouvement. Pensez donc à vous rapprocher de votre médecin traitant si vous avez un rendez-vous à la fin de la semaine, ou alors à anticiper la prise de rendez-vous en cas d’urgence.