Ségolène Royal à la pointe du photovoltaïque

Dopée par les aides de l’Etat, le rachat par EDF etc, la production d’énergie électrique par le biais du photovoltaïque a enfin décollé dans l’hexagone. Outre le caractère vertueux de cette énergie, il s’agit pour notre pays de satisfaire aux objectifs du pack énergie européen, à savoir 20 % d’énergie verte pour 2020. Avec aujourd’hui environ 7 % dont une majorité issue de l’hydraulique (les barrages), le gap est important pour tenir nos engagements. Certaines Régions, comme Poitou-Charentes semblent avoir compris le message, d’autres font preuve de plus de frilosité.

 
Poitou-Charentes en chef de file

Sous l’impulsion de Mme Royal, cette région vient de lancer un plan photovoltaïque sans précédent. C’est la première fois en Europe qu’un plan d’une telle importance matérielle et financière va être réalisé. En effet 400 millions d’Euros ont été mobilisés pour le financement de ce projet par la Banque Européenne d’investissement et le Crédit agricole. L’annonce a été faite par Ségolène Royal, Présidente de la Région Poitou-Charentes, Philippe de Fontaine Vive, Vice-président de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et les Caisses régionales du Crédit Agricole de Touraine et du Poitou, de Charente-Maritime Deux-Sèvres, de Charente-Périgord ainsi que Crédit Agricole Leasing. Le Conseil d’Administration de la BEI a accepté, le 30 janvier 2009, l’accord d’un prêt de 200 millions d’euros pour le financement du projet photovoltaïque de la Région Poitou-Charentes en complément du CA qui participera à hauteur des 200 millions d’euros restant. La région apportera des garantis aux prêts accordés. Le début de ces grands travaux sera lancé officiellement le 27 février.

Midi-Pyrénées, une Région à la traîne

Paradoxalement, notre Région contrairement à Aquitaine et Languedoc-Roussillon, n’a pas fait le choix d’aider au photovoltaïque. Certes, le toit de l’Hôtel de Région est devenu une vitrine avec 300 m² de panneau mais cela s’arrête là. Les autres régions dans les années précédentes avaient fait le choix d’aider à hauteur de 6 000 € pour une installation de 26 m², sacrée aide… Pire, Midi-Pyrénées qui depuis 2 000 aidait à la mise en route de chauffe-eau solaires vient, depuis le 1er novembre 2008, de mettre des conditions de ressource pour l’attribution d’une prime solaire. En clair on va aider les personnes à revenus très modestes. Sur le principe rien à dire sauf que quand on a du mal à boucler ses fins de mois, la priorité n’est pas dans le solaire mais dans l’alimentaire. Voilà comment sous couvert de social, on freine la politique environnementale

Un investissement bon pour l’emploi

Le plan photovoltaïque adopté par la Région Poitou-Charentes vise le développement de la production décentralisée d’énergie renouvelable, mais aussi le renforcement de l’autonomie énergétique des territoires ainsi que le développement de l’emploi et des filières économiques dans le secteur photovoltaïque. Pour 2012 l’objectif est la production de 73 GWh (giga watt heures). C’est-à-dire 1,5 fois ce que le pays a produit au total en 2007. Ce projet représente la création de 1 000 emplois. Il s’agit d’une expérience charnière en Europe, qui garantira des financements attractifs pour les collectivités publiques, les entreprises, professionnels et agriculteurs, malgré la période de tension financière sur les marchés.

Un complément de retraite

Si la retraite constitue un souci général, il est encore plus aigu en zone rurale où le revenu moyen par habitant est souvent inférieur à 600 €/mois. Le solaire peut constituer à terme une ressource non négligeable pour des agriculteurs ou artisans. Le principe est simple, réaliser un investissement (bâtiment + solaire) à coût zéro pendant le période d’amortissement (8 ans) et qui fournira un revenu appréciable dans les années suivantes avec une garantie totale sur 20 ans. A titre d’exemple, construire un hangar agricole ou artisanal constitué d’une toiture solaire de 600 m², amortissable sur 8/10 ans, rapportera net, passé ce délai, 60.000 € par an (hors impôt), ou environ 2 000 €/mois sur 20 ans, de quoi arrondir ses fins de mois… Comment ça marche ? Le Crédit Agricole, partenaire de ce type d’opération, assure un prêt “vert” à faible taux et récupère les mensualités sur les revenus liés à la production solaire.

La clef du succès : un produit clef en main !

Ce n’est pas MMA mais c’est quand même zéro tracas. Chaque jour, ce sont des dizaines de sociétés qui s’implantent sur ce marché juteux. Elles s’occupent de tout, construction du bâtiment support, agricole ou artisanal, montages financiers, étude personnalisée avec un expert comptable, contrat EDF etc…et en quelques mois, vive les KW ! Si les panneaux ont une durée de vie moyenne supérieure à 30 ans, les autres éléments doivent être sélectionnés parmi les plus fiables et performants du marché (onduleur SMA, rendement supérieur à 96 %) et garantis 10 ans… La maintenance et le rendement sont effectués par le biais d’un raccordement internet qui permet de suivre en temps réel, le bon fonctionnement du système.

Avis d’écologiste

Si la France accuse un retard certain sur de nombreux pays européens, la machine semble se mettre en marche et si le solaire photovoltaïque ne remplacera pas le nucléaire, il peut fortement contribuer à stabiliser son expansion. Attention tout de même à bien faire jouer la concurrence et à la qualité des sociétés qui se lancent dans l’aventure. La qualité des matériaux, et  le savoir-faire sont importants. Ne s’improvise pas électronicien qui veut… Des sociétés comme SUNENERGY et TOLOSOL en Midi-Pyrénées présentent des garanties sérieuses sur le sujet. Comment les collectivités locales ou territoriales n’ont-elles pas encore compris que couvrir une EHPAD (maison de retraite) ou un gymnase avec du solaire ou encore faire des ateliers relais solaires étaient synonyme d’avenir et de ressources financières à moyen terme ?



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.