Cherchent-ils la guerre des religions ?

Et, 125 ans plus tard, ce grand penseur semble avoir toujours plus raison aujourd’hui, qu’hier… Tant l’actualité semble mettre en permanence la religion au cœur des défis, des conquêtes et surtout des guerres tribales. Avec, parmi les trois religions monothéistes, un particularisme aigu qui fait que les Chrétiens* sont de plus en plus les victimes d’exactions en tous genres. Montrés qu’ils sont comme les responsables de tous les maux que porterait cette Terre. Ils sont même mal vus ici, dans notre pays, où certains prétendus laïques oublient la définition première de la laïcité, qui désigne la séparation du civil et du religieux dans l’État. Pour les Républicains de la troisième République, le cléricalisme renvoie, non pas à la religion, mais à la prétention du personnel religieux à régir la vie publique d’un État au nom d’un Dieu ou d’une croyance religieuse particulière. Non, on ne doit donc pas confondre le caractère séculier d’une société, dont la population manifeste une certaine indifférence religieuse, avec la laïcité proprement dite qui implique que les institutions d’Etat ne soient soumises à aucune contrainte, ni même ne relèvent d’aucune justification de nature religieuse, spirituelle ou théologique. Et c’est heureux.
Sauf qu’en France, en Europe voire dans le monde pour des intérêts de stratégies politiques et surtout de pouvoirs économiques, on oublie ces fondamentaux, pour faire des Chrétiens de ce monde et où qu’ils soient les premières victimes de toutes les dérives.
Kirkouk l’attentat de trop…

Oui, l’attentat de trop qui a vu des terroristes musulmans envahir une Eglise et tirer sur tout ce qui bougeait… Et comme toujours, dans l’indifférence générale, une information relativisée dans nos médias favoris, toutes tendances politiques et confessionnelles confondues. Des politiques et médias qui préfèrent s’occuper de tout, sauf des Chrétiens arabes… Sauf que demain, la même attaque criminelle pourrait avoir pour cible une église en France…
Oui, encore une fois, la communauté chrétienne de Kirkouk a été la cible de lâches assassinats. De la part de combattants de l’Islam armés jusqu’aux dents qui ont prouvé, en la circonstance, leur exceptionnelle bravoure en assassinant des femmes et des enfants qui ne leur ont jamais fait aucun mal. Abattu même, d’une balle dans le dos, le prêtre qui officiait…
Sauf que ce que l’on oublie trop facilement, c’est qu’au XIXème siècle l’Irak, comptait, sur 3 millions d’habitants, plus d’un million de Chrétiens Assyro-Chaldéens ! Des régions comme Ninive, devenue Moussol, ou Arrapkha, devenue Kirkouk, étaient à majorité chrétienne. Puis, dès le début du siècle dernier, les massacres commencèrent dans l’indifférence criminelle des Etats européens voire participèrent même indirectement à certaines exactions. Souvenons-nous déjà du génocide des Chrétiens d’Irak, quand les Officiers du Kaiser formaient l’Armée des Jeunes Turcs. Aujourd’hui en Irak, comme ailleurs, en Palestine, par exemple combien sont-ils ? Au fait pourquoi les Chrétiens ne revendiqueraient-ils pas une partie de la Palestine où ils étaient bien avant les Musulmans et voilà peu encore les plus nombreux des trois religions monothéistes. Alors qu’aujourd’hui ils sont les premières victimes du conflit israélo-palestinien.

En France sommes-nous protégés ?

Voilà quelques mois, à Strasbourg, une église a été attaquée et taguée. A Clermont Ferrand on trouve des graffitis antichrétiens sur la porte de la Cathédrale, sans oublier l’incendie criminel de l’Eglise Saint Joseph. Encore ailleurs, des tombes chrétiennes sont saccagées. Comme toujours dans pareilles circonstances, si on parle du sujet c’est pour relever la responsabilité de cas isolés, l’œuvre de détraqués. Sauf que là comme ailleurs, on se trouve obligé de faire l’amer constat que ces actes criminels n’ont suscité aucune réaction des politiques et une quasi-indifférence des médias locaux et nationaux. Alors que cela n’est jamais vrai, et heureusement, quand il s’agit de graffitis ou de dégradations sur les murs d’une Mosquée ou d’une Synagogue. Des cibles qui déclenchent immédiatement l’émoi de la classe politique toute entière, font la “Une” de toutes les éditions locales et nationales et voient des poursuites judiciaires engagées par les pouvoirs publics… Et même un Président de la République qui en toute hâte se rend sur place, pour apporter son soutien et partager son émotion.
Finalement dans cette société “France”, toujours plus difficile à assimiler, on se doit de constater que des communautés, dites minoritaires, font, elles, l’objet de toutes les attentions, ceci au détriment de l’autre soi-disant majoritaire et responsable de tous les maux de la planète.

 

Nos enfants seraient-ils en danger ?

Que l’on soit croyant ou athée, pratiquant ou non, peu importe, en France, les Eglises, les Cathédrales sont notre patrimoine culturel commun. La religion chrétienne est l’un de nos héritages historiques majeurs, qui doit être défendu comme tel, même si nos valeurs de tolérance, d’humanisme nous commandent de reconnaître tous les autres symboles religieux, comme de leur permettre de s’épanouir aussi. Pour moi, l’ignorance, la désinformation est mère de toutes les dérives, base de tous les débordements. Il faut se connaître davantage, s’apprivoiser, voir ce que l’on peut mieux faire ensemble. Et même tout reprendre à zéro et particulièrement notre savoir au niveau des religions monothéistes. Accepter enfin ce que chacune a apporté à l’autre. Admettre qu’elles sont même complémentaires et surtout indissociables, n’en déplaise à ceux qui ont fait, de leur affrontement, leur fond de commerce. Apprendre, faire connaître, là serait le rôle majeur de l’école et dès le primaire… Mais qui pour oser le dire ? Qui pour reconnaître que sans une prise de conscience immédiate, demain nos enfants seront en danger ici, en France ?

Il est temps d’y réfléchir, demain il sera trop tard…
 
Oui, il est temps de réfléchir à tout cela… Car les exactions intolérables qui ont fait et font malheureusement encore des victimes innocentes pourraient finalement donner raison, à un certain André Malraux qui en 1956, dans un texte prémonitoire, parlait déjà de la menace islamiste dans le monde : «La montée de l’Islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine. Le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’Islam…». Un demi-siècle plus tard, l’actualité confirmerait les craintes de l’ancien Résistant, les doutes de l’ancien ministre et les prémonitions du fervent gaulliste qu’était Malraux…
J’espère que non et que nous, les pères, allons ramener nos enfants à la raison et à la responsabilité et chasser les marchands du Temple de la Vérité…

André Gérôme Gallego
Directeur de la Publication
andreg@aol.com

* Dans le monde, 85 % des persécutions religieuses visent des Chrétiens


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.