jeudi 5 août 2021

Contact

OccitanieJo de Tokyo. Les chances de médaille pour les athlètes d'Occitanie

Jo de Tokyo. Les chances de médaille pour les athlètes d’Occitanie

A la veille de la cérémonie d’ouverture, le JT vous présente les athlètes d’Occitanie qui pourraient bien revenir des JO de Tokyo avec une médaille autour du cou.

médaille JO Occitanie
Vice-champion olympique en 2016, le Toulousain Sofian Oumiha fait partie des grandes chances de médaille parmi les athlètes d’Occitanie présents à Tokyo ©Kévin Figuier

Ils seront 34 athlètes à représenter les couleurs de l’Occitanie durant les Jeux Olympiques de Tokyo qui débutent officiellement ce vendredi 23 juillet avec la cérémonie d’ouverture. Parmi eux, certains figurent comme les grands favoris de leur discipline et sont pressentis pour décrocher une médaille (voire l’or). Tandis que d’autres pourraient bien créer la surprise. Petit état des lieux des forces en présence.

Les favoris déjà médaillés olympiques

Kevin Mayer (Décathlon) : Licencié au Montpellier Athletic Méditerranée Métropole, le décathlonien est l’une des grandes stars de la délégation française. Et tout semble écrit pour que ces Jeux Olympiques de Tokyo sonnent comme une consécration pour lui. Médaillé d’argent aux JO de Rio en 2016, champion du monde en 2017 avant de battre de manière impressionnante le record du monde de sa discipline l’année suivante, l’athlète arrive à 29 ans au sommet de sa carrière et fait office de grandissime favori pour obtenir un premier titre olympique. Il faudra tout de même se méfier du Canadien Damian Xarner, auteur de la meilleur performance mondiale de l’année.

Sofiane Oumiha (Boxe, 57-63kg) : Ses exploits à Rio en 2016 avaient fait vibrer Toulouse. En larmes après sa défaite en finale face à un boxeur brésilien, l’enfant du quartier de la Reynerie s’était juré de revenir dans quatre ans pour décrocher le graal : l’or olympique. Et le poids léger s’en est donné les moyens. Champion du monde amateur depuis 2017, Sofian Oumiha est aussi à la tête de sa propre salle de boxe à Toulouse, Boxoum. Il fait bien partie des favoris dans sa catégorie (moins de 63 kg).

Jean-Charles Valladont (Tir à l’arc) : Originaire de Franche-Comté mais licencié à Nîmes dans le Gard, en Occitanie, Jean-Charles Valladont espère revivre à Tokyo le même bonheur qu’aux JO de Rio, d’où il était reparti avec une médaille d’argent. Même si ses performances ont oscillé depuis quatre ans, l’archer de 32 ans qui dispute ses troisième JO sais se transcender au moment décisif.

A noter que le cavalier Astier Nicolas aurait également dû figurer dans cette catégorie. Mais le Toulousain, double médaillé à Rio a déclaré forfait en raison de la blessure de son cheval.

Les chances de médailles en sports collectifs

Handball : Même si elle ne rayonne plus autant que ces dernières années, difficile d’écarter l’équipe de France de Handball de la liste des prétendants au podium olympique. Trois joueurs licenciés dans des clubs d’Occitanie sont de cette nouvelle aventure : l’ancien Toulousain Valentin Porte aujourd’hui à Montpellier, tout comme Hugo Descat et le capitaine emblématique Mickaël Guigou (Nîmes), qui aura à cœur de briller pour ses derniers JO.

Basket – 3X3 féminin : Le 3 contre 3 fait partie des disciplines qui font leur apparition aux Jeux Olympiques cette année. Et, pour cette grande première, l’équipe de France féminine montre le potentiel suffisant pour s’illustrer. Non seulement elle compte dans ses rangs les deux meilleures joueuses mondiales, dont Mamignan Touré, licenciée au club de Lattes Montpellier. Mais elle est aussi double championne d’Europe et médaillé de bronze des championnats du monde en 2019. Une autre basketteuse occitane est dans la sélection, Ana-Maria Filip qui évolue, elle aussi, à Lattes Montpellier.

Quant à l’équipe de France de football masculine, si elle compte dans ses rangs deux joueurs actuels de Montpellier (Téji Savanier et Dimitry Bertaud) ainsi que deux anciens Toulousains (André-Pierre Gignac et Clément Michelin), celle-ci aura du mal à rivaliser avec les équipes présentes. Les Français se sont d’ailleurs inclinés pour leur entrée lice dans le tournoi ce jeudi 22 juillet contre le Mexique (4-1).

Les possibles surprises

Boris Neveu (Kayak, slalom) : A 35 ans, l’homme de Bagnères-de-Bigorre va enfin découvrir les Jeux Olympiques après deux cruelles désillusions liées à ses non-sélection pour Londres en 2012 et Rio en 2016. Kayakiste expérimenté, le représentant de l’Occitanie arrive donc aux JO de Tokyo avec une détermination décuplée et vise ouvertement une médaille. Un objectif d’autant plus réaliste qu’il a récemment terminé troisième de la dernière manche de coupe du Monde de sa discipline, en Allemagne.

Léon Marchand (natation) : Même si la concurrence sera rude, le prodige Toulousain d’à peine 19 ans, pourrait bien s’illustrer dès ses premiers Jeux Olympiques si l’on se fie à l’étonnante vitesse à laquelle il franchit les étapes. Qualifié dans trois disciplines, le 200m papillon, le 200m 4 nages et le 400m 4 nages, c’est dans cette dernière qu’il a le plus de chance de s’imposer. Au mois de juin, le membre du club toulousain des Dauphins du TOEC a en effet pulvérisé son propre record de France.

Par ailleurs, même si leur chance de médaille sont réduites dans des disciplines trustées notamment par les coureurs kényans, il faudra suivre les performances des deux Toulousains Djilali Bedrani (3000m steeple) et Benjamin Robert, champion de France en titre du 800m.

 

 

 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img