[#ToulouseFactChecking] Une épicerie toulousaine exploitée par une secte ?

14 juin 2018 - 08:00

Commentaires

Le 18 juin 2018 - 10:54 à 10 h 54 min, FABRE a dit :


Si la France ne gagne pas la coupe du monde de foot,elle pourra revendiquer le titre de championne du monde de la chasse aux "sectes" !
Je rappelle qu'il n'existe aucune définition juridique du mot "secte" utilisé pour faire peur par des associations qui en ont fait leur fonds de commerce depuis plus de 40 ans sur le dos des contribuables,la liste noire de 1995 a été supprimée en 2005 par Raffarin alors Premier ministre car elle ne respectait pas les principes de la Convention européenne des droits de l'Homme et de la Déclaration universelle des droits de l'Homme que la France a signées ?
Le modèle français que la Miviludes voulait exporter dans tous les pays de l'Europe a été rejeté par le Conseil de l'Europe a rejeté le 10 avril 2014 !


Votre réponse sera révisée par les administrateurs si besoin.

Le 21 juin 2018 - 09:53 à 9 h 53 min, Fabien Pomiès a dit :


Nous vous invitons à lire l'article dans son intégralité.


Votre réponse sera révisée par les administrateurs si besoin.

Le 21 juin 2018 - 11:21 à 11 h 21 min, FABRE a dit :


@ Fabien Pomiès
J'ai lu l'article dans son intégralité,je ne me contente pas des déclarations,affirmations,accusations de Infos-Sectes Midi-Pyrénées,leurs propos ne sont quand même pas parole d'évangile !
Dans un autre article par exemple,on apprend que "A la suite des opérations de police ayant eu lieu en pleine nuit le 16 juin 2015 aux dépens de la vie communautaire de la « Communauté Religieuse des Douze Tribus de Sus », aucun des membres congréganistes n’a été mis en examen ou sous statut de témoin assisté...Encore une fois, comme l’ordonnance de non-lieu du 4 octobre 2011 prononcée par Mme Lucille PICHENOT, Juge d’instruction à Pau, l’avait démontré après plusieurs années d’enquête, le travail de la justice permettra de rétablir la vérité et d’affermir la légalité des activités religieuses de la Communauté.
Sur les 40 enfants vivant au sein de notre Communauté religieuse, tous examinés par des médecins sur ordre du Juge, les seuls quatre enfants placés provisoirement ont été remis à leurs parents le 1er juillet 2015 par décision du juge des enfants palois.
Présente à Sus depuis des décennies, la Communauté aspire à vivre en paix et sereinement, ce que reconnaissent tous ceux qui la connaissent."

Alors que le gouvernement prépare une loi pour lutter contre les fake news,on attend de ceux dont le métier est de nous informer qu'ils vérifient leurs "infos" et qu'ils donnent aussi la parole à la défense et pas seulement à l'accusation !


Votre réponse sera révisée par les administrateurs si besoin.

Le 18 juin 2018 - 19:08 à 19 h 08 min, Beaulieu sandrine a dit :


Bonjour Séverine,
Merci pour cet article et l'information de bien commun qu'il divulgue.
Je boycotte la boutique et partage l'info.
Sandrine


Votre réponse sera révisée par les administrateurs si besoin.

Le 20 juin 2018 - 11:08 à 11 h 08 min, FABRE a dit :


Bonjour Sandrine,ce que vous faites porte un nom : discrimination
Que je sache,cette épicerie qui vend du bon pain et des produits bio ne fait rien d'illégal,ou alors elle serait interdite,en revanche,la discrimination est illégale !
"La loi recense aujourd'hui 23 motifs de discrimination: l'origine du salarié, son sexe, sa situation de famille, sa grossesse, son apparence physique, sa situation économique, son patronyme, son lieu de résidence, son état de santé, son handicap, ses moeurs, son orientation sexuelle, son âge, ses opinions politiques, ses activités syndicales, sa langue, son ethnie, sa nationalité, ou sa religion. Ils portent atteinte à sa dignité."
Je précise que je n'habite pas à Toulouse,mais si c'était le cas,inutile de vous dire que j'irais volontiers acheter du bon pain et des produits bio dans cette épicerie car contrairement à vous,
je ne suis pas sectaire !
Bonne journée


Votre réponse sera révisée par les administrateurs si besoin.

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.