Une école en commun pour Villeneuve-Tolosane et Roques-sur-Garonne

école Villeneune Tolosane

Pionnières. Deux communes du sud de Toulouse, Villeneuve-Tolosane et Roques-sur-Garonne ont planché sur un projet qui augure de l’avenir : unir leurs forces pour construire un groupe scolaire répondant à leurs besoins respectifs. Une initiative inédite qui mérite la mention.

L’initiative a le mérite d’être originale. «  On s’est aperçu qu’on avait tous les deux un projet d’école et en plus situé dans la même zone », explique Dominique Coquart, maire de Villeneuve-Tolosane évoquant une discussion avec son analogue Christian Chatonnay à Roques-sur-Garonne. Ni une ni deux, les édiles décident d’œuvrer dans le même sens pour « construire une grande école au lieu de deux groupes voisins, puisque les emplacements dédiés étaient très proches ». Les deux communes, membres d’intercommunalités différentes (Toulouse Métropole et Axe Sud) ont donc planché sur un groupe scolaire de 5 classes de maternelles et 10 de primaires. Le projet prend racine sur la future ZAC de Las Fonsas, côté Villeneuve Tolosane, « mais le terrain est quasi limitrophe de Roques ». Les communes ont opté là pour un modèle hors cadre : « Dans la façon dont on s’organise, à notre connaissance ça n’existe pas ailleurs. Ce n’est pas une école qui accueille la commune voisine, c’est un réel projet à deux. » Pour réaliser cette union, un cadre juridique singulier a été choisi : « la convention d’entente », qui permet de gérer un projet commun sans passer par la création d’une personne juridique distincte de ses membres (article L 5221-1 du code général des collectivités territoriales). Concrètement une « conférence de l’entente » a été créée, correspondant à une commission de 3 représentants de chaque commune, désignés par chaque conseil municipal.

« Les limites communales n’ont plus de sens »

« Les avantages sont multiples », annonce Dominique Coquart. « Collectivement on est plus intelligents dans la définition des besoins, c’est moins cher et on s’adresse aux populations de deux bassins scolaires, donc on a plus de souplesses dans l’organisation des classes. » Si l’économie reste « difficile à chiffrer », on parle là d’un projet à 10 millions d’euros tout compris et d’environ 4 à 5 % d’économie. « Nous sommes tous dans une situation financière contrainte ce qui nous pousse à être intelligents, mais ce n’est pas la raison qui nous a fait avancer dans ce sens : on est rentrés dans une époque où les limites communales, n’ont plus de sens, il faut organiser des bassins de vie. » La construction devrait démarrer dans moins d’une année pour une ouverture opérationnelle à la rentrée 2018. Les communes prennent gout à la mise en commun, car les maires se sont aperçus qu’ils avaient également un projet identique de salle destinée aux arts martiaux. Un nouveau bâtiment commun devrait voir le jour en fin de mandat et sur la commune de Roques, cette fois-ci.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.