Le tracé de la troisième ligne de métro fait encore débat

Conciliation. Après un an de consultation publique, un nouveau plan de la future 3e ligne de métro a été présenté par Tisséo. Ce tracé ne fait pas l’unanimité. Notamment du côté des Sept-Deniers où le collectif Job se mobilise pour garder une station en cœur de quartier. Mais rien n’est encore signé. – Maylis Jean-Préau

tisséo toulouse
© Franck Alix

En 2024, les habitants de l’aire urbaine de Toulouse pourront se déplacer à bord de Toulouse Aerospace Express (TAE), une troisième ligne de métro reliant Colomiers à Labège. De septembre à décembre 2016, un débat public a été organisé pour discuter du tracé. Et, en juillet 2017, le Syndicat Mixte des Transports en Commun (SMTC) Tisséo a présenté une nouvelle proposition : la 3e ligne desservirait notamment les usines Airbus au Nord-Ouest, la gare Matabiau, Montaudran, le centre commercial Labège 2 et l’ex-Innopole. Ce tracé a connu des modifications par rapport à la version précédente. La station Fondeyre, au nord des Minimes, disparaît. Celle des Sept-Deniers, qui devait se situer à proximité de l’espace Job, est déplacée plus au Nord, vers le stade Ernest-Wallon. Enfin, l’option d’un passage par l’aéroport est délaissée au profit d’une ligne de tram express. La suite du processus ? « En 2018, nous allons dérouler sans problèmes les phases d’études de détails et les documents d’enquête publique », déclarait en janvier le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc. Mais plusieurs associations de quartier, mécontentes du tracé, ne comptent pas laisser les choses se « dérouler sans problèmes ».

« Nous ne comprenons pas ce changement d’emplacement alors que le débat public nous donne raison »

C’est aux Sept-Deniers que la mobilisation est la plus forte. Le collectif Job, représentant les associations, s’organise. Une pétition a déjà reçu 1 500 signatures. « Nous ne comprenons pas ce changement d’emplacement alors que le débat public nous donne raison », assure Marcel Martin, le président du Comité de quartier des Sept-Deniers. Pour lui, le métro est nécessaire au cœur de ce « village » de 9 000 habitants, « il renforcerait son équilibre et permettrait de le décongestionner des voitures alors qu’il en est saturé ». Tisséo a une autre vision des choses, argumentant qu’une station au cœur des Sept-Deniers engendrerait au contraire « un stationnement abusif ». Le nouvel emplacement présenterait plusieurs avantages selon Jean-Michel Lattes, le président du SMTC Tisséo : « L’espace disponible offre la possibilité de concevoir un parking relais, la station serait accessible aux voitures directement par l’échangeur, aux habitants des Sept-Deniers via la ligne Linéo 1, mais aussi à ceux de Ginestous et des quartiers plus au Nord. » D’après l’élu, le Stade Toulousain et des associations de quartier du secteur seraient d’ailleurs favorables à cette option.

Autre sujet de discorde, la station Fondeyre, jugée trop coûteuse par Tisséo et trop proche de celles existantes. Le comité de quartier des Minimes-Barrière de Paris réclame sa réintégration. Enfin, le Collectif citoyen pour la 3e ligne métropolitaine milite quant à lui pour l’abandon de la boucle au Nord de Toulouse, au profit du centre-ville (Amidonniers, Saint-Pierre, Saint-Aubin…). Jean-Michel Lattes assure être à l’écoute. « Une seconde enquête publique va avoir lieu jusqu’en 2019, nous souhaitons essayer de concilier les positions et de défendre l’intérêt général : la vocation de la 3e ligne est d’apporter un maximum de mobilité aux habitants des 115 communes desservies par Tisséo », explique-t-il. À l’issue de cette concertation ouverte à tous, le tracé définitif sera validé. En attendant, collectifs et comités de quartier comptent bien faire entendre leur voix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.