[Séance de rattrapage] Une troisième ligne semée d’embuches

SYL jtoul-15-07-16Promesse. La semaine dernière, le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc a présenté les avancées sur le projet de la 3ème ligne de métro. Un dossier houleux qui remonte à la campagne des élections municipales.

Le tracé et les stations seront connus d’ici décembre prochain. Le projet semble être sur les rails. Promesse de campagne de Jean-Luc Moudenc, la 3ème ligne de métro a déjà fait couler beaucoup d’encre. Dès l’annonce, le candidat est suspecté d’avoir ‘‘piqué’’ l’idée à un de ses adversaires Jean-Pierre Plancade (candidat SE), qui travaillait également sur le sujet avec un étudiant de Sciences po Toulouse, Maxime Lafage. De son côté, la gauche n’a eu de cesse de dénoncer son infaisabilité financière… Le projet a même été classé parmi les 5 propositions les plus couteuses des élections municipales de 2014, sur toute la France. Avec une estimation à 1,6 milliards d’euros, il figure à la quatrième position de ce classement établi par l’institut Montaigne en partenariat avec Les Echos. Jean-Luc Moudenc n’a pas démordu. Une fois élu, il place ce projet comme l’une de ses priorités. Les études sont lancées et le maire affirme avoir trouvé des solutions de financement « innovantes » via des aides européennes. Mais cette 3ème ligne vient court-circuiter le prolongement de la ligne B jusqu’à Labège (PLB). Attendu par tout l’est toulousain, celui-ci risque de ne jamais voir le jour. Financièrement, il est impossible de maintenir les deux projets et le maire de Toulouse compte privilégier la 3ème ligne, quitte à ce qu’elle desserve Labège. Un compromis que n’acceptent pas les communes concernées par le PLB (qui ne veulent pas attendre 2024 pour être desservies par un métro), ni le département présidé par un Georges Méric vindicatif sur le sujet… Le bras de fer continue.

Il faut dire que l’idée du PLB a été lancée sous le premier mandat de Jean-Luc Moudenc. Sauf qu’en 2008, Pierre Cohen emporte la mairie et le projet est retardé. Ce que la droite locale ne se prive pas de rappeler. L’ancien maire se défend en invoquant les « 1,4 milliard de dette Tisséo » à son arrivée qui rendaient impossible la réalisation du projet pourtant inscrit au PDU (Plan de déplacement urbain). Un jeu de ping-pong politique classique. Mais la 3ème ligne met également dans l’embarras certains élus de droite dans le Sicoval… Exemple type avec Arnaud Lafon, maire Modem de Castanet-Tolosan qui appelle à la poursuite du PLB en parallèle de la 3ème ligne. Mais Jean-Luc Moudenc semble plus déterminé que jamais. Son ‘‘bébé’’ a désormais un nom : la ‘‘Toulouse aérospace express’’. « Le prolongement à Labège c’est 35.000 voyageurs de plus par jour. La TAE c’est 200.000 ! On a vite fait de choisir », a-t-il déclaré lors de sa dernière conférence de presse sur le sujet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.