Régine André-Obrecht, la nouvelle présidente de l’université Paul-Sabatier

Depuis son élection, fin août, à la tête de l’université Toulouse III Paul-Sabatier, les trois facultés toulousaines sont présidées par des femmes. Une première qui n’occulte en rien les mérites de Régine André-Obrecht, entièrement dévouée à son établissement depuis plus de 20 ans.

Regine Andre-Obrecht
® Franck Alix

Voix

Universitaire de 64 ans, Régine André-Obrecht a consacré sa carrière à l’analyse et à la modélisation statistique du signal de la parole, permettant par exemple le développement des systèmes de reconnaissance vocale de nos smartphones. « Dans les années 1980, personne n’y croyait », se souvient-elle. « Matheuse et probabiliste », elle se lance pourtant dans ce défi avec enthousiasme.

Implication

Chargée de recherche CNRS dès 1992 à l’Institut de recherches en informatique de Toulouse (Irit), laboratoire de l’université Paul-Sabatier, elle a endossé la double mission d’enseignante-chercheuse sept ans plus tard. « Je trouvais qu’il n’était pas normal de travailler dans un laboratoire, au sein d’une université, sans participer à la vie de celle-ci. » Dès lors, Régine André-Obrecht a tout mené de front, assurant des cours dans tous les niveaux de licence et de master d’un côté, prenant la tête du conseil scientifique de l’Irit de l’autre.

Aptitude

« Une présidence est portée par des compétences, peu importe qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme », affirme la nouvelle présidente d’université. Un combat de longue date contre les stéréotypes. « Étudiante, j’ai été confrontée à un professeur qui soutenait que les femmes étaient toujours les dernières dans sa matière. J’ai fini l’année première. Si mon élection permet à certaines de briser leur plafond de verre, tant mieux ! »

Consensus

Son mandat sera placé sous le signe du dialogue. « Je discute beaucoup car il est essentiel pour moi que tout le monde adhère. La majorité ne me suffit pas. » Une gageure à une époque où tout doit aller vite. « J’ai conscience que c’est une qualité autant qu’un défaut, mais j’aimerais restaurer ainsi la confiance et la fierté d’appartenir à cette université. »

Citoyenne

En dehors du campus, Régine André-Obrecht reste guidée par le besoin d’être utile à la communauté. Elle aime ainsi, quand elle le peut, consacrer du temps à la vie de sa commune, au Sud de Toulouse. « Dans un village, tout le monde peut apporter quelque chose, on n’est pas anonyme. Cela me plaît beaucoup. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.