vendredi 27 novembre 2020
Actualités Amélie Poisson

[Redac chef de la semaine] Amélie Poisson

Journaliste à France télévision depuis 4 ans, Amélie devient en 2013 l’un des jokers de France 3 Midi-Pyrénées à la présentation du journal. À 29 ans, cette passionnée d’actu et de politique met un point d’honneur à transmettre l’info. Branchée réseaux sociaux, @ameliefish sévit également sur le web…

Les Toulousains sont-ils infidèles ?

J’ai fait des études de lettres et une citation de Victor Hugo m’a marquée : « une femme qui a un amant est un ange, une femme qui a deux amants est un monstre, une femme qui a trois amants est une femme. »Le marché de l’infidélité a toujours existé et s’il y a l’offre c’est qu’il y a la demande. Les entreprises qui font leur beurre sur ce créneau ont senti qu’il y avait de l’argent à se faire ; Et d’un point de vue éthique, plutôt que de pointer ces entreprises, c’est plutôt les membres qui s’y inscrivent qu’il faut viser ! Quant à la place de Toulouse, je n’ai pas assez de recul pour savoir si la ville rose est plus libertine qu’une autre mais c’est vrai que c’est une ville où il fait bon vivre, il fait beau… cela doit jouer, forcément !

Les bébés Moudenc

Je vois d’un très bon œil l’émergence de ces nouvelles têtes en politique. Le renouveau c’est dans l’air du temps et en politique notamment, il y a un souci de transmission… On ne s’improvise pas homme public, il faut se faire une expérience, vivre des expériences, cela fait partie du cheminement. Et accompagner de nouvelles recrues me semble être une bonne stratégie. Il faut bien commencer un jour, car on ne commence pas la politique à 50 ans !  Il ne faut pas hésiter à former plus tôt  les hommes et les femmes de demain et leur faire confiance. Il ne faut pas que du verbe mais de l’action derrière…

Faut-il plus de stationnements en ville ?

Joan Busquets a fait un beau travail sur l’aménagement de la ville à Toulouse. Une chose est sûre pour moi, il y aura toujours des voitures en ville, après, tout est histoire de mesure : il faut conserver le droit de cité de la voiture mais en limiter l’entrée. Car tout le monde  ne peut pas circuler à vélo ou en métro… Après on parle d’une extension du parking avec un rajout de 400 places. Toulouse est censée en perdre 1500, si on fait le calcul, ce n’est pas un gain au final ! La voiture fait partie du système et limiter son entrée signifie bien sûr  développer les transports publics. La ville doit être partagée à égalité entre automobilistes, cyclistes et transports en commun.

Aérotram : la genèse

En tant que journaliste j’ai bien sûr  suivi la genèse du projet de l’aérotram. Quand il est sorti des tuyaux, il nous a littéralement vendu du rêve ! Mais la priorité aujourd’hui c’est l’E.F.F.I.C.A.C.I.T.É ! Sinon il faut laisser le spectaculaire dans les couloirs ! L’idée est simple, soit il répond aux objectifs en termes de nombre de voyageurs potentiels, de rapidité, de tracé, soit on passe à autre chose. Aujourd’hui circuler à Toulouse est tellement compliqué qu’il faut mettre la priorité sur ce thème eu égard aux finances publiques. Après je ne suis pas contre le projet, il est vraiment séduisant et peut devenir un atout touristique, on peut vendre autour de cet aérotram. Alors pourquoi pas dans la mesure où il remplit ses missions.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport