jeudi 26 novembre 2020
Actualités Un avant-goût d’été

[RDV de Monsieur Georges] Un avant-goût d’été

Franchise. Pour ce premier débat en extérieur, on peut dire que l’ambiance était au zénith place Saint-Georges. Pierre Alfort et Loubna Zair nous ont retrouvés sur la terrasse très privée de Monsieur Georges pour débattre de l’actualité. Au menu : la guéguerre au FN, la loi sur le renseignement examinée à l’Assemblée et le rapport de la Cour des comptes sur le droit d’asile…

 

L’idée de débattre en déjeunant les a emballés, commandes et présentations faites, les invités mordent très spontanément à l’hameçon du Front national… Pour Loubna, la crise familiale largement médiatisée n’est rien d’autre qu’une stratégie pour dé-diaboliser le parti : « Jean-Marie Le Pen ne sera jamais exclu ou alors officiellement pour les médias mais il restera toujours en toile de fond du FN… », explique-t-elle, ajoutant que « c’est de la comédie pure et simple » Pierre entend voir les choses avec un peu plus de hauteur, déformation professionnelle certainement, il analyse la situation : « ce qui m’a choqué, c’est quand Jean-Jacques Bourdin pose la question sur les chambres à gaz, c’est de la provocation pour faire le buzz ! » Une attitude qu’il qualifie d’inadmissible. Loin de penser à une machination orchestrée par le FN lui-même, il explique « qu’en perdant son père, Marine risque de perdre ce qui fait le fondement de ce parti. Il y a bien un conflit familial, il est déjà fâché avec sa fille aînée… » Quant à Marion, « plus dangereuse que Marine », selon Loubna, nos invités s’accordent à dire qu’elle est dans tous les cas dans les petits papiers du grand-père. À mesure que les saumons gravlax et autres salades César diminuent dans l’assiette, nos invités échangent sur le caractère contestataire du vote FN… mais pas que… « Les médias nous font peur, il faut prendre en compte cette responsabilité de relayer un message qui effraie les citoyens », lance Loubna. Pierre fait une autre liaison avec la courbe du chômage, un chiffre en corrélation totale avec le nombre de votes FN : « ceux qui font l’amalgame ont le sentiment que ce sont les étrangers qui leur prennent leur travail, mais mettre tout le monde dehors ne résoudra pas le problème ! » Blague à part, il évoque sa 50ème bougie à venir : « quand j’étais gamin le FN faisait 2%, le constat est dur lorsque l’on regarde les chiffres actuels ».

-Loubna : C’est grâce à leur stratégie permanente comme d’améliorer leur image en écartant le noyau dur du parti.

-Pierre : Les dérapages de Jean-Marie ne s’expliquent que parce qu’il ne peut plus se retenir… La stratégie leur aurait-elle échappé ?

-Loubna : En tout cas il ne sera jamais loin, c’est lui le noyau dur.

-Pierre : Il y a de toute façon un conflit de générations entre deux FN. Et l’avocat de préciser qu’à 86 ans Jean-Marie Le Pen a pris « comme un petit coup de vieux… »

Le temps pour nos invités de goûter le risotto aux chipirons qui s’invite à table et nous attaquons la digestion d’un sujet non moins polémique. Le jour même du débat débute l’examen d’un projet de loi sur le renseignement. Un texte qui fait bondir plusieurs associations rejetant une loi « liberticide » mais qui laisse la plupart des Français de marbre… « Il faut surveiller mais cibler, attention à la vie privée… Une chose est sure ce sont les prisons qu’il faut particulièrement viser… » explique Loubna. Pour Pierre ce n’est pas la peine de paniquer ou plutôt plus la peine car « on est déjà fliqué ! On vit dans un monde où l’on est renseigné sur quelqu’un à la minute ! Et pour lutter contre le terrorisme tous les coups sont permis ! » Il ajoute ne pas vraiment craindre de dérive d’une telle loi « il y a assez d’intellectuels dans ce pays pour nous préserver du pire, autant de contre-feux qui éviteront que nous dépassions la ligne jaune » et se dit plus effrayé par les réseaux sociaux et l’utilisation du téléphone portable. Il évoque en riant les applications pour localiser ses enfants … ou sa compagne – à tout moment… « La liberté c’est important ! » s’exclame Loubna que ce genre de technologie fait moyennement rire « on est suivi via le téléphone, la carte bancaire, laissez-nous vivre tranquillement ! » Pierre de rétorquer : « on n’a plus de vie privée, on légifère sur quelque chose qui existe déjà, le loft a été le début de la fin ! » Le meilleur du pire de la téléréalité est alors jeté en pâture à nos invités qui s’en donnent à cœur joie. Pourtant nous amorçons un virage à 90 degrés pour évoquer le sujet du droit d’asile, suite au rapport de la Cour des comptes qui fait scandale, chiffrant le coût de l’asile politique à 2 milliards par an, soit une augmentation de 60% en 5 ans. Loubna se lance : « il ne faut pas fermer les frontières mais les surveiller pour les clandestins à l’entrée, comme à la sortie pour les jeunes qui veulent partir au djihad… c’est impensable que de telles allées et venues soient possibles ! » Pierre entend lui, rétablir la vérité : « Pour obtenir l’asile politique il faut vraiment rapporter la preuve qu’il y a un risque vital, personnellement je n’y suis jamais arrivé… Et contrairement à ce que l’on pense il n’y a pas de laxisme à ce sujet, ça ne plaisante pas lorsqu’ils essuient un refus ils sont reconduits à la frontière illico.» Pour autant il est convaincu qu’il faut limiter les excès, à l’image de la situation à Lampedusa, où en 2013 un bateau de pêche, transportant 500 migrants, coulait au large de l’île. Nos invités évoquent l’idée d’une répartition européenne. « La France ne peut pas porter tout le monde », expose Loubna, ce qui provoque l’acquiescement de Pierre. « Nous avons créé cette ouverture d’esprit qui aujourd’hui nous coûte trop cher, il faut structurer et partager, après tout l’Europe sert à ça ! » En attendant, c’est un moment sympathique à la table de Monsieur Georges que nos invités auront partagé, une petite parenthèse dans leur quotidien pour tenter de prendre un peu de hauteur face à un flux continuel d’informations…

 

 

 

Loubna Zair : Toulousaine de naissance, Loubna habite Colomiers depuis 30 ans. En 2009, elle crée son association ‘‘Cultures et arts du monde” dont l’objet « est de faire découvrir les costumes du monde ». Elle découvre le milieu associatif de sa ville, ce qui l’amène vers l’engagement politique. En 2014, elle est numéro 2 sur la liste UMP aux municipales. Elle est depuis élue (sans étiquette) de l’opposition.

Pierre Alfort : Avocat pénaliste au barreau de Toulouse depuis 1993, Pierre Alfort s’est illustré notamment dans l’affaire Alègre. « Je suis passionné par mon métier, c’est indispensable surtout en matière pénale, il faut ressentir les choses, garder son humanité », estime-t-il. Lorsqu’il ne plaide pas, Pierre Alfort court… Il a participé à trois reprises au Marathon de New-York.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport