Possible réouverture d’un 4e procès : les commémorations d’AZF sous tension

20 septembre 2019 - 14:15

Une réponse à “Possible réouverture d’un 4e procès : les commémorations d’AZF sous tension”

  1. De nombreux Toulousains, victimes de l’explosion, ne se contentent pas de la condamnation de Grande Paroisse et de son Directeur. Ils savent que la version des experts judiciaires ne tient pas la route à cause de très nombreuses incohérences et que ceux-ci accusent et permettent de juger sans preuve.
    Les juges de 2017 ont omis de répondre à des conclusions importantes du dossier et notamment sur les carences des experts concernant le sous-sol de l’usine et de ses environs, son passé militaire, les données sismiques ainsi que les données électriques incontournables.
    Les juges ont également omis de répondre sur la présence d’un avion pris en photo par un témoin au moment des deux bruits d’explosion, avion provenant de l’Est et passant au dessus du pôle chimique au moment de l’explosion.
    Les juges on refusé de répondre quant à l’existence et l’examen des négatifs et des photos papiers qui devraient être dans le dossier depuis 2004 (pièce D5195 et D5209). Trois autres témoins ont également décrit cet avion dans leur PV d’audition. Ils ont été ignorés.
    Un refus de réponse à des conclusions remises en 2017 est matière à cassation d’autant que ce témoin continue encore aujourd’hui à essayer de récupérer ses photographies originales qu’on semble lui refuser de rendre !
    La cour de cassation, ainsi que le Ministère de la justice et la Présidence sont heureusement prévenus de ses démarches et de l’attitude étrange des acteurs judiciaires vis à vis de ces photographies.


    Signaler le commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.