vendredi 4 décembre 2020
Actualités Le plan d’Archipel Citoyen pour lutter contre la violence à Toulouse

Le plan d’Archipel Citoyen pour lutter contre la violence à Toulouse

Pour mettre fin aux actes de violence dans les quartiers de Toulouse, le mouvement Archipel Citoyen propose une autre manière de faire que celle de l’actuel locataire du Capitole.

Archipel Citoyen veut changer de méthode pour lutter contre la violence dans les quartiers à Toulouse @Archipel Citoyen

À en croire les membres du groupe Archipel Citoyen au conseil municipal de Toulouse, Jean-Luc Moudenc et son équipe feraient exactement le contraire de ce qu’il faudrait pour venir à bout de la violence dans les quartiers. « Alors qu’il y a eu cinq fusillades en un mois dans ceux du Nord de la Ville rose, nous nous interrogeons sur le respect des engagements du maire. Il disait être là pour régler ces problèmes et n’y est manifestement pas parvenu », constate Jamal El Arch, sociologue et coordinateur de projets dans le civil. « Pendant son premier mandat, le maire a diminué d’un quart les subventions aux acteurs associatifs sociaux, culturels et sportifs, qui sont les principaux piliers d’une vraie politique de prévention », ajoute-t-il. Selon lui, la collectivité ne se concentre plus que sur le financement des prestations sociales, qui plongent leurs bénéficiaires dans l’assistanat. « Il y aura un travail de fourmis à mener pour reconstruire ce que des partis, pourtant républicains, ont déconstruit pendant des décennies », juge-t-il.

Un plan d’actions sur la durée

Selon les membres d’Archipel Citoyen, il faut d’abord s’attaquer au clientélisme, qui est devenu la norme dans les quartiers. « Pour être élus, certains candidats achètent les gens. Nous les avons vus à l’œuvre. Nous, nous n’avons rien à leur offrir sur un plateau, si ce n’est les moyens de se fédérer, de s’exprimer. Nous ne ferons rien à leur place, mais nous leur permettrons de faire les choses par eux-mêmes », dessine Maxime Le Texier, cofondateur du mouvement. Un plan d’actions que précise Odile Maurin : « Il faut partir de la base, du besoin des habitants, sans jamais se substituer à eux, mais en les accompagnant au plus près, sur le terrain, en médiatisant leur lutte, en les formant et en dupliquant les bonnes solutions de quartier en quartier. » Isabelle Hardy propose également « une réflexion sur l’aménagement urbain, la manière dont l’espace public pourrait évoluer afin que les habitants se le réapproprient. » Autant de vœux pieux qui ne s’exauceront pas en un jour, compte tenu du peu d’écho rencontré par Archipel Citoyen dans les zones prioritaires pendant la dernière campagne électorale. Antoine Maurice prend acte de « cet échec, qui est partagé par les autres formations politiques : c’est la démocratie qui a perdu dans les quartiers. La reconquête durera plusieurs années, nous en faisons une des priorités de ce mandat », conclut le président de groupe.

Philippe Salvador
Philippe Salvador a été reporter radio pendant quinze ans, à Toulouse et à Paris, pour Sud Radio, Radio France, RTL, RMC et BFM Business. Après avoir été correspondant de BFMTV à Marseille, il est revenu à Toulouse pour cofonder le magazine Boudu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport