samedi 23 janvier 2021
Actualités Café-scandale

[Petit-dej débat] Café-scandale

Nuances. Cette semaine nous donnions rendez-vous à nos invités lors d’un petit déjeuner…à la rédaction ! Café et croissants n’ont pas fait débat mais Elisabeth Pouchelon, Michel Batlle et Alexandre Semenadisse ont commencé la journée avec Nadine Morano, Volkswagen et la planète Mars…

Par Aurélie Renne et Coralie Bombail

 

Réunis à la table de la rédaction du journal, nos trois invités armés d’un thé ou d’un café étaient tout disposé à donner leur avis plus ou moins tranché sur l’actualité du moment. C’est l’affaire des moteurs diesel truqués de Volkwagen qui ouvrit les festivités. Notre artiste n’est pas passionné par l’histoire, il lance même que « des scandales il y en a tous les jours. Au moins c’est un scandale dont on sait que c’est un scandale ». A sa gauche Elisabeth Pouchelon n’est pas du même avis, une tromperie à grande échelle reste un phénomène marquant… Quant au chef d’entreprise présent, il pointe la récidive : « ils ont été épinglés pour la même chose dans les années 70, c’est quand même incroyable qu’une aussi grosse entreprise puisse organiser une fraude de cette ampleur ». Nos invités font un constat : « la concurrence est telle que tout le monde joue pour être meilleur que le voisin ». « Et puis on parle juste de pollution, pas de sécurité ! » lance Elisabeth Pouchelon, ajoutant que l’argument purement écolo n’est pas encore déterminant dans l’achat d’une voiture. Quant à la réaction du grand patron, Martin Winterkorn, qui a quitté ses fonctions en assurant « qu’il n’était au courant de rien », tous s’accordent à penser qu’au moins il prend ses responsabilités. En clair nos invités sont plutôt indulgents et réclament simplement que justice soit faite : « ont-ils été trompés eux-mêmes ? » « Quid des organismes de contrôles ? Ont-ils fermé les yeux ? »

 

Comment en effet une poignée d’étudiants a pu percer à jour la supercherie sans que les experts en la matière s’en soient rendu compte ? Les organismes de contrôles doivent donc être eux-mêmes surveillés… Sans tomber dans la psychose notre artiste local lance un « tous pourri » qui ouvre la boite de pandore de l’’économie :

-Elisabeth : Qui dit business dit concurrence qui peut pousser à la malhonnêteté, le problème c’est qu’on est là à très grande échelle, même si ce n’est pas sur quelque chose de vital. Comment ne pas faire l’analogie avec le médiator où les organes de contrôle ont été également défaillants ?

-Alexandre : « La majorité des entreprises ne trompent pas leurs clients.

-Michel : C’est surement juste le fait d’un petit nombre.

 -Elisabeth : Les pouvoirs publics se doivent de lancer une grande enquête publique mais au-delà du « dormez sur vos deux oreilles l’état français veille sur vous ».

« On est en train de mettre en place une police de la pensée. »

Puisqu’un scandale attire l’autre, voici venue l’heure d’évoquer les propos de Nadine Morano lors de l‘émission « On n’est pas couché ». Les propos suivants ont attiré les foudres des chroniqueurs sur le plateau puis de l’opinion publique : « Pour qu’il y ait une cohésion nationale, il faut garder un équilibre dans le pays, c’est-à-dire sa majorité culturelle. Nous sommes un pays judéo-chrétien – le général de Gaulle le disait –, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères. J’ai envie que la France reste la France. Je n’ai pas envie que la France devienne musulmane. »

-Michel : Depuis qu’on l’entend, on se demande comment elle peut rester en politique, elle a la vulgarité et la bêtise, au moins elle inspire les humoristes.

-Elisabeth : Pour moi c’est purement et simplement du lynchage médiatique ! On est en train de mettre en place une police de la pensée, elle a le droit d’employer le mot race si elle le souhaite. Je condamne ce lynchage, dont d’autres ont été victime, comme Eric Zemmour. Il y a des mots qu’on ne peut plus utiliser : race, ethnie, musulman, sexe -car il n’y a plus de père ni de mère dans la loi comme il n’y a plus le mot race-. C’est une régression de la démocratie ! 

Michel s’autorise un petit aparté historique, rappelant que le moyen âge a vu la cohabitation entre les peuples et les religions de part et d’autre des Pyrénées, soulignant la maladresse des propos de la députée européenne.

-Elisabeth : Supprimer le mot race ne supprimera pas le racisme.

-Alexandre : Mais au-delà du mot, dans la bouche d’une responsable politique c’est un problème !

« La seule chose qui pourrait faire se souder l’humanité serait une invasion de petits hommes verts! »

« On est tous des étrangers », tente de conclure notre artiste local. Mais Elisabeth estime que Nadine Morano aurait dû être écoutée, le débat aurait du être engagé. « Quand la population est écœurée par la politique, ces émissions ne font pas avancer le débat », assène-t-elle. Pourtant chacun opine du chef : il faut des invités et un public pour regarder, « c’est finalement une approche marketing du politique » ironise Alexandre. Virage à 180 degrés pour attraper en plein vol notre dernier sujet : la Nasa a créé le buzz sur la toile ces derniers jours en annonçant qu’elle avait élucidé un mystère concernant la planète Mars. Verdict : de l’eau salée à l’état liquide ruissèlerait sur la planète rouge… « La seule chose qui pourrait faire se souder l’humanité c’est que de petits hommes verts nous envahissent ! » Plaisante Michel. Mais au-delà du fond, quid de cet effet d’annonce ? Pour Elisabeth, la NASA a un problème de crédit, elle utilise tous les moyens modernes à sa disposition pour faire valoir ses découvertes… Quelque chose « d’attendu » finalement pour la découverte en elle-même. « On a quand même trouvé de l’eau sur Mars ! » fustige Alexandre, admiratif. Mais notre politique est aussi une femme médecin à l’esprit cartésien : « D’abords ils n’en sont pas certains à 100% et pour moi ils ne devraient pas communiquer à outrance de cette manière au risque de se décrédibiliser. » Faut-il y a voir là l’espoir d’une vie sur Mars ? Ou bien même d’une potentielle planète à coloniser ?

Alexandre : Ce n’est pas très verdoyant !

-Elisabeth : La seule vie que l’on imagine pour l’instant ce sont des bactéries…

-Michel : Mais nous étions tous des bactéries au départ…

-Alexandre : C’est une nouvelle positive, qui va susciter des vocations chez les plus jeunes, elle fait rêver, cela change des nouvelles anxiogènes du journal télé !

-Michel : Avant d’envisager partir sur Mars on devrait se préparer à protéger la terre d’une destruction comme celle qu’ont connue les dinosaures, non ?

-Alexandre : Finalement Volkswagen a tué les mammouths, non ?

La boucle est bouclée ! Le café avalé nos invités repartent à leurs activités du jour.

 

 

 

La rédactionhttps://www.lejournaltoulousain.fr
Le Journal toulousain est un média de solutions hebdomadaire régional, édité par la Scop News Medias 3.1 qui, à travers un dossier, développe les actualités et initiatives dans la région toulousaine. Il est le premier hebdomadaire à s'être lancé dans le journalisme de solutions en mars 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport