vendredi 4 décembre 2020
Actualités Pascal Delmas est le rédac'chef de la semaine

Pascal Delmas est le rédac’chef de la semaine

Après avoir été technicien de laboratoire chez Sanofi, Pascal Delmas a fini par consacrer la plupart de son temps à la défense des salariés en devenant délégué syndical (CFDT). Suite à l’annonce du plan de restructuration, il accepte un départ volontaire et se replonge dans les études. Il prépare un Master 2 « Communication et Territoires ».

 

Fraude à la Sécurité sociale

Les séniors restent un public délicat et surtout influençable, en particulier les personnes atteintes d’Alzheimer, et le contrôle de médecins qui facturent des consultations pas toujours nécessaires est difficile. Normalement, c’est l’éthique professionnelle qui devrait servir de garde-fou mais ce n’est pas toujours le cas. Le patient ne doit pas devenir un client. À l’inverse, du côté des assurés, je ne comprends pas comment, sans la complicité évidente des médecins, un patient peut acheter des traitements ou prolonger des arrêts de travail. Et lorsque ces derniers sont établis, je pense qu’ils sont justifiés, simplement, la souffrance au travail n’étant pas reconnue comme elle devrait l’être, les gens passent pour des profiteurs.

 

Les primaires à l’UMP

Je crains que le retour de Nicolas Sarkozy soit inéluctable ! Il joue de son image bien plus que de son bilan, il est une machine de communication et sait coordonner ses équipes. Toutefois, je pense que les autres candidats aux primaires sont tout à fait légitimes et ont parfaitement le droit d’être présentés sur le même pied d’égalité. Mais lui, cherche systématiquement à écraser ses adversaires et j’ai bien peur que les outsiders ne fassent pas le poids. De plus, Sarkozy, actuellement gêné par des affaires judiciaires, n’est pas le seul, les autres candidats ne sont pas en reste. Ainsi, la partie reste équilibrée (rire)… Le choix des électeurs de l’UMP risque d’être celui de la « peopolisation » et non des idées politiques.

 

Panique à bord au PRG

Devant le paysage politique actuel et l’âge avancé de certains élus, sans les nommer, il faut s’attendre à la chute d’autres grandes figures que celle de Jean-Michel Baylet. Je reproche aux politiques de ne pas préparer leur successeur, de ne pas assurer leur sortie, trop obnubilés par leur propre carrière. Ils souhaitent briguer toujours plus de mandats, ils rechignent souvent à transmettre le pouvoir, peut-être parce qu’en politique, les carrières débutent tardivement… Désormais, les proches de Baylet devront acquérir leur légitimité seuls, sans que personne ne leur ait préparé le terrain. Il ne faut jamais se croire dans un fauteuil car, ainsi, le pouvoir change de mains au lieu de continuer sur une même idée.

 

Réforme des professions réglementées

Le libéralisme nous vient tout droit des États-Unis et nous l’avons adopté. Mais, comme d’habitude, il faut que la France en fasse toujours plus que les autres ! Qui a demandé à ce que les capitaux des professions réglementées soient ouverts à des non-professionnels ? Quel est l’intérêt de changer un fonctionnement qui convient à tout le monde ? Et en ce qui concerne la remise en cause du numerus clausus, je pense qu’il est nécessaire de le conserver car il est garant d’un emploi bien rémunéré pour des gens qui ont effectué beaucoup d’études. Les « osthéos » n’ont pas ce système et ils touchent tout juste 1200 € par mois pour 5 ans d’études, c’est bien la preuve… Il faut savoir raison gardée, et ne pas bouleversé une organisation qui fonctionne !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport