vendredi 21 janvier 2022

Contact

spot_img
ActualitésHaute-Garonne : lancement d’un Observatoire départemental des violences faites aux femmes

Haute-Garonne : lancement d’un Observatoire départemental des violences faites aux femmes

La préfecture et le Département de la Haute-Garonne unissent leurs forces pour lutter contre les violences intrafamiliales en créant un “Observatoire départemental des violences faites aux femmes”. L’objectif ? Alerter, sensibiliser et protéger les populations.

Toulouse appel projets Haute-Garonne violences femmes
La préfecture et le département de Haute-Garonne créent un “Observatoire départemental des violences faites aux femmes”. © Nino Carè / pixabay

Étienne Guyot, préfet de la Haute-Garonne et Georges Méric, président du Conseil départemental ont annoncé ce lundi 13 décembre le lancement d’un “Observatoire départemental des violences faites aux femmes”. Les objectifs sont « d’amplifier la prévention et d’améliorer le parcours de sortie des violences des victimes », expliquent les acteurs.

Pour les mener à bien, un comité de pilotage interinstitutionnel va être créé. Il comprendra l’ensemble des partenaires : que ce soit la préfecture, le Département ou les associations. Mais aussi la gendarmerie, la police, l’Agence Régionale de Santé (ARS) d’Occitanie ou encore le CHU de Toulouse.

Le comité se réunira tout au long de l’année pour assurer une veille sur la situation et mettre au point les actions à mener. De plus, une journée de sensibilisation sera organisée chaque année, le 25 novembre (à l’occasion de la Journée internationale de l’élimination des violences faites aux femmes).

Une mission de sensibilisation, mais surtout de protection

Les missions de ce nouvel observatoire se définissent en trois grands axes. Le premier : “Le développement et le partage des connaissances”, notamment avec la conduite d’études, la publication annuelle de données recueillies et le repérage des besoins spécifiques dans les différents territoires de Haute-Garonne.

Le second, le “soutien au développement des dispositifs de protection”, avec la prise en charge des victimes et de leurs enfants, l’accompagnement dans le parcours de sortie des violences, ainsi que « l’accompagnement du conjoint violent », poursuivent la préfecture et le Département.

Le troisième, la “sensibilisation des acteurs et du grand public”, par la multiplication des formations dans les effectifs de la police, de la gendarmerie, des hôpitaux, mais aussi des professionnels départementaux, des bénévoles d’associations et des élèves.

Un fléau accentué par la crise sanitaire

Le Département de Haute-Garonne révèle que les violences intrafamiliales ont augmenté de près de 30 % depuis le début de la crise sanitaire. Le Conseil départemental d’accès aux droits (CDAD) a enregistré près de 500 nouvelles victimes pendant le confinement en 2020.

Un phénomène qui a pris encore plus d’ampleur cette année, puisqu’entre « le 1er janvier et le 14 novembre 2021, 4 353 faits de violences dans les familles ont été recensés », déplore le Département, soit 462 de plus par rapport à la même période en 2020. Parmi ces violences, les agressions sexuelles ont augmenté de 34,5 % en seulement un an.

Les actions déjà menées en Haute-Garonne pour lutter contre ces violences

Partout en France, les horaires du numéro d’écoute 3919 ont été étendus à sept jours sur sept, 24 heures sur 24. Pour tenter de faciliter le signalement des violences, l’association France victimes 31 et le Groupement de gendarmerie départementale (GGD) ont mis en place des permanences pendant les confinements dans neuf centres commerciaux du département.

De plus, la Haute-Garonne a ouvert 28 places supplémentaires d’hébergement d’urgence en 2021. Un centre de prise en charge des auteurs de violences conjugales a également été créé, avec deux antennes à Toulouse et une à Saint-Gaudens.

Enfin, le Conseil départemental a adopté, début 2020, un “plan d’action de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes”. Les aides financières des associations d’accompagnement des victimes ont notamment été augmentées et un Centre départemental d’accueil Mères Enfants a été créé en mars 2021 (pouvant accueillir 60 personnes).

 

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d'un événement d'actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img