[Enquête] Une grève peut en cacher une autre

Bus Driving

Conflit. À Tisséo les grèves s’enchaînent et ne se ressemblent pas. Car si le métro fait quelques caprices depuis l’annonce de la fermeture à 3h le weekend, depuis lundi, c’est côté bus que ça pèche. Quand une grève télescope l’autre, y-a-t-il embouteillage ?

 

Des piquets de grève sont installés aux abords des trois dépôts de Tisséo : Langlade, Colomiers et Atlanta. La stratégie ? Motiver les salariés à faire grève pendant une à deux heure(s) à des horaires stratégiques « pour un retard de deux heures et demi au départ de chaque ligne de bus», explique Pascal Paredes, délégué syndical Sud. Perturber le réseau dans son ensemble pour un micmac des plus efficaces, par la nécessité à chaque prise de poste -en retard- de réorganiser tout le parcours dudit bus.

Never trust #tisseo #toulouse

Et cela fait son petit effet. Il n’y a qu’à voir sur les réseaux sociaux le #tisseo qui fourmille de messages plus ou moins sympathiques. « #tisseo moi aussi je fais grève, je prends mes baskets, marre de payer ». « C’est trop demander de pouvoir prendre les transports en commun #tisseo normalement pendant un jour ? » Des usagers en colère face à un réseau particulièrement perturbé. Il faut dire que ce conflit concernant les NAO (négociations annuelles obligatoires) fait suite à une salve de grèves enclenchées en décembre dernier côté métro. Si le cumul fait râler les Toulousains ce sont pourtant bien deux grèves distinctes… Chez tisséo on essaie clairement d’adoucir les mœurs des usagers grâce à de cordiaux messages sur son site internet. Mais côté négociations salariales, cela semble plutôt mal engagé : « nos propositions sont tout à fait honorables, il faut aussi regarder ce qui se fait autour, on n’ira pas plus loin », indique Olivier Poitrenaud, directeur général de Tisseo, rappelant la proposition d’augmenter les salaires de 0,45% additionnée à une hausse de 10% des primes de travail le samedi et d’outillage.

Eviter les dérives du passé

« Les contributions publiques sont en baisse, on ne peut pas faire les mêmes erreurs que par le passé, ni en porter la responsabilité ! ajoute Marc Del Borello, président de la régie des transports Tisseo, 1% d’augmentation de salaire équivaut à un million d’euros, il faut rester prudent… Entre 2009 et 2013 on constate 9,5% de hausse salariale pour l’ensemble des personnels non-cadres et des primes qui n’ont pas été raisonnables, dues aux élus politiques d’alors qui ont dû céder à des pressions… ». Pour Stéphane Coppey, ancien président de Tisseo, « dans les transports urbains en général, on a des salariés dans des structures de grande taille, soignés par des directions successives quant aux conditions de travail et aux salaires…attention il faut regarder autour, aujourd’hui tout le monde voit son salaire stagner, les traminots seraient surpris… » Loin d’avouer ses craintes quant à la future inauguration du tramway qui arrive à grands pas, la direction actuelle de Tisseo se félicite d’une « faible » mobilisation (estimée à 46% lundi, 41%mardi et 36% mercredi). Pourtant c’est bien connu les calculs ne sont pas les mêmes côté syndicats : « ils font leur compte en équivalents temps pleins pourtant sur les 2800 salariés Tisséo 80% ont signé une intention de grève et l’ont suivie ». En ce troisième jour de grève, la direction reste campée sur ses positions : « Les négociations ont eu lieu, rappelle Olivier Poitrenaud, la hausse de 0,45 % préserve le pouvoir d’achat dans un contexte difficile. » L’intersyndicale CGT-FO-SUD menace de prolonger la grève, le préavis qu’elle a déposé courant jusqu’à juin. « Le mouvement sera a minima reconduit la semaine prochaine, explique Pascal Paredes, délégué syndical Sud, nous avons déjà plusieurs centaines d’intentions de grève qui ont été signées en quelques heures… »

« On est en train de sortir du conflit »

À entendre la direction de Tisseo, les deux grèves du moment sont à gérer de manière indépendante. Aucune crainte -ou presque- que les mouvements se donnent la main. Et le directeur de Tisséo d’expliquer que le personnel du métro a traditionnellement « toujours été à part ». Si la direction espère que ces revendications s’épuisent, elle explique qu’il n’existe aucune solidarité entre bus et métro, une sorte « d’antagonisme qui existe depuis vingt ans », qui ferait partie de la « culture d’entreprise ». Il faut dire que les salariés du métro sont mieux payés que les autres, un argument qui ne facilite pas la cohésion. Le délégué syndical concède qu’avec « un centre à Basso Cambo, une gestion propre et peu de contacts, on est moins proches que peuvent l’être les conducteurs de bus et de tram qui par ailleurs font sensiblement le même métier, mais pour autant cela n’a aucun impact sur l’entente, on reste mobilisés lorsque les revendications nous concernent ». Pourtant si les bus tirent le mouvement des NAO, les salariés du métro se mobilisent aussi : « cela n’a pas forcément eu d’impact sur le fonctionnement du métro car on a remplacé les équipes manquantes mais il y a bien des grévistes chez nous aussi ! » précise Franck Bouard délégué syndical Sud du métro. Quant à leur « revendication catégorielle», concernant la fermeture 3h le weekend, la lutte continue malgré ce que la direction de Tisseo laisse entendre : « cette grève ne concernait que 90 agents et encore ça été très peu suivi ; aujourd’hui seuls quelques irréductibles poursuivent la mobilisation ». Et si la direction de Tisséo estime que « 30% des services de nuit, le weekend, ont été assurés correctement depuis la mise en place des nouveaux horaires », ce n’est pourtant pas l’avis des riverains qui sont nombreux à préférer considérer que le métro ferme toujours à 1h du matin pour éviter toute déconvenue. Le weekend dernier d’ailleurs, il n’était toujours pas question de prendre le métro jusqu’à 3h du matin… et le préavis de grève court jusqu’à septembre.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.