vendredi 23 avril 2021

Contact

Actualités Renforcer les moyens de suivi

[Dossier] Renforcer les moyens de suivi

Source : Direction de l’administration pénitentiaire

ACCOMPAGNEMENT – Pour lutter contre la surpopulation carcérale, Manon Cligman, coordinatrice interrégionale Sud-Ouest à l’Observatoire international des prisons (OIP), prône avant tout le renforcement du personnel de probation et d’insertion, mais aussi de la pédagogie pour encourager les juges à utiliser les peines alternatives à l’emprisonnement.

Par Delphine Tayac

 « Les dispositifs alternatifs à l’incarcération existent en nombre », souligne Manon Cligman. «On peut même parler d’un millefeuille de mesures, ce qui conduit parfois à des confusions chez les magistrats». La contrainte pénale créée en 2014 et le sursis avec mise à l’épreuve sont par exemple deux dispositifs très similaires. Ils permettent tous deux au condamné de rester à l’extérieur. Mais pour la contrainte pénale, le suivi personnel est plus poussé. «En 2015, à Toulouse, seuls 22 détenus ont été concernés par cette mesure», souligne Marion Cligman pour illustrer le manque de visibilité du dispositif. Pour cette ancienne avocate, la première solution passe donc par la simplification.

Mais selon elle, si les juges font preuve «d’une certaine frilosité» à utiliser l’arsenal des sanctions en milieu ouvert, c’est aussi à cause d’un manque de moyens humains chez les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation. Ils sont en première ligne pour appliquer les mesures alternatives à l’incarcération. Ce sont en effet eux qui vérifient par exemple si le logement permet d’envisager un placement sous surveillance électronique ou si le prévenu a un emploi. Ils assurent ensuite le suivi et le contrôle des détenus une fois la décision du tribunal prise. Or, selon l’OIP, ils gèrent en moyenne une centaine de dossiers chacun quand le Conseil de l’Europe préconise plutôt un ratio de prise en charge de 30 à 60 personnes par agent de probation. « C’est le serpent qui se mord la queue. Les juges savent que ce personnel n’est pas suffisant alors ils privilégient l’incarcération au détriment d’autres peines», poursuit Manon Cligman. «Une des solutions est donc de renforcer le nombre de ces agents ».

Changer de pratiques serait à notre portée, à en croire la coordinatrice qui prend l’Allemagne en exemple. Outre-Rhin, près d’un lit sur cinq dans les établissements pénitentiaires est inoccupé. «En termes de délits, selon les chiffres de 2010, les peines d’emprisonnement n’y représentent que 5,5 % des condamnations contre 21 % en France». La justice allemande privilégie par exemple les jours-amendes, une peine financière se substituant à l’emprisonnement.

Manon Cligman plaide aussi pour une réflexion sur l’ensemble de la chaine pénale, y compris avant de passer devant un tribunal. Car la surpopulation carcérale est principalement le lot des maisons d’arrêt où sont incarcérés des prévenus, c’est-à-dire des personnes en attente de leur jugement, ou des détenus purgeant une peine de courte durée, en général inférieure à deux ans. Par exemple à Toulouse, en septembre 2016, à la maison d’arrêt de Seysses le taux densité est à 147.3 % contre 89.7% pour le centre de détention de Muret. Selon la coordinatrice, « la solution passe par l’utilisation plus importante du contrôle judiciaire où les prévenus sont laissés libres et doivent répondre à des obligations comme le pointage, ou encore leur placement sous surveillance électronique dans le cadre de l’assignation à résidence». Au-delà «du respect de la dignité », il s’agit pour elle d’une question d’efficacité. « Les mesures alternatives à l’emprisonnement sont celles qui montrent les taux les plus faibles en termes de récidive », conclut-elle.

A lire aussi : Surpopulation carcérale : les alternatives à la prison 

A lire aussi : Juger mais pas condamner 

A lire aussi : Ils font autrement – alternatives à l’incarcération 

A lire aussi : Le bracelet, le prix de la liberté 

A lire aussi : Des actions pour améliorer les conditions de détention

La rédactionhttps://www.lejournaltoulousain.fr
Le Journal toulousain est un média de solutions hebdomadaire régional, édité par la Scop News Medias 3.1 qui, à travers un dossier, développe les actualités et initiatives dans la région toulousaine. Il est le premier hebdomadaire à s'être lancé dans le journalisme de solutions en mars 2017.

Articles en rapport

Rugby. Deux anciens du Stade Toulousain dans le Comité des joueurs de la coupe du monde 2023

Toulouse et le Stade toulousain seront bien représentés au sein du Comité des joueurs de la Coupe du monde de rugby 2023. Sur sept...

Aéronautique : la piste du bénévolat pour les salariés en activité partielle ne passe pas

L'association Tompasse, qui réunit les industriels de l’aéronautique, propose dans son Livre Blanc de mettre à profit les disponibilités des salariés en activité partielle...

En raison du vent, les parcs et jardins seront fermés à Toulouse, ce jeudi

En raison d'une alerte météo annonçant du vent et des rafales pouvant dépasser les 60 kilomètres/heure, la ville de Toulouse a décidé de fermer...

Toulouse : la rénovation de la copropriété Matabiau est lancée

À Toulouse, le plan de sauvegarde et de la copropriété Matabiau est lancé. Jusqu’au mois de juin 2023, les balcons et les façades du bâtiment...

Toulouse. La police lance un appel à témoin pour retrouver un homme de 52 ans

Disparition. La police vient de lancer un appel à témoin pour retrouver la trace de Wilfrid Coste, un homme de 52 ans, porté disparu...

Éveiller les enfants aux grands enjeux contemporains

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img