[DOSSIER] La RSE, le bon sens à grande échelle

Mettre en place une démarche de Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) au sein d’une société participe à garantir de meilleures conditions de travail. Mais ce concept reste abstrait pour bon nombre de dirigeants et de salariés. Pour le concrétiser, la scop Palanca s’est spécialisée dans l’accompagnement des PME dans leur transition RSE. Retour d’expérience.

RSE bon sens ?
© Kévin Figuier / JT

«Répondre à nos besoins sans compromettre la capacité des futures générations à répondre aux leurs !» Un défi que Jean-Lou Fourquet, cofondateur de Palanca, estime indispensable de relever pour assurer la pérennité d’une PME. «Nous sommes à l’aube d’une grande transition sociétale et environnementale à laquelle les entreprises devront s’intégrer», précise-t-il. Ainsi, la Scop s’est donnée pour mission d’accompagner l’incorporation du développement durable dans leur modèle économique. Mais attention, «cette notion ne fait pas référence qu’aux considérations environnementales, elle prend également en compte l’épanouissement des salariés.» Alors, comment participer à ce bien commun de façon concrète ?

« Se poser la question est déjà une première approche », souligne Jean-Lou Fourquet. Il s’agit ensuite de connaître l’impact de l’entreprise sur son territoire, en effectuant un bilan carbone par exemple, ou en analysant le cycle de vie d’un produit : «De la conception à l’assemblage, en passant par le transport, son utilisation et sa destruction, il convient de réduire son impact négatif. Il est ainsi plus facile de concentrer les efforts une fois les postes à améliorer définis.» Pour finir, il faut s’interroger sur la manière de fédérer une équipe, d’impliquer les salariés et de les rendre autonomes dans leurs tâches, ce qui engendre un sentiment de bien-être. Palanca identifie donc les besoins de chaque entreprise et donne aux dirigeants et aux cadres les clés pour agir sur le terrain.

« Le développement durable prend également en compte l’épanouissement des salariés »

Dans cette optique, il est indispensable de veiller aux bonnes relations entre eux : «Lors d’une réunion, l’animateur doit par exemple s’assurer que personne ne lève les yeux au ciel ou ne souffle lors d’une proposition d’un tiers car cela inhibe les initiatives. Ces bonnes pratiques génèrent de l’innovation », témoigne le cofondateur de Palanca. Dans cette même réunion, définir des rôles fait gagner en efficacité: «Un salarié est chargé d’animer, un autre de prendre des notes, un troisième de gérer l’agenda et le temps, et un dernier s’assure qu’aucun sujet ne reste sans actions prévues.» Ainsi, tout le monde est mobilisé et se responsabilise. Un processus managérial existe même pour développer l’autonomie des salariés : «L’advice process permet à toute personne de prendre une décision sans en demander l’autorisation, sous condition d’en avoir discuté avec les personnes ayant l’expertise en la matière et celles qui vont être impactées. C’est une réelle source d’épanouissement pour un employé.»

Et le salaire dans tout ça ? Peut-il être un vecteur de bonheur au travail ? « En tout cas, c’est le nerf de la guerre et les salariés sont toujours plus impliqués lorsqu’ils savent où va l’argent. Il est ainsi possible de laisser le soin aux employés de fixer eux-mêmes les critères des augmentations. Ainsi, plus de tensions entre eux, les promotions sont décidées en collectif.»

Alors, en résulte pour le salarié une fierté à produire un service ou un produit respectueux de l’environnement, mais aussi un épanouissement certain via de nouveaux processus de management. Tout cela participe à rendre les emplois et les entreprises plus pérennes car mieux adaptés aux conditions et au monde de demain… «Ce qui ne sera pas sans plaire au chef d’entreprise», conclut Jean-Lou Fourquet.

 


 

A lire aussi :

Bonheur au travail : merci patron ? 

Ces nouveaux métiers du bonheur au travail

Le bonheur en essai clinique 

Répondre à la quête de sens des salariés 

Des conseils pour engager une démarche RSE 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.