[Dossier] Etudiants, cathos et fiers de l’être !

SYL dossier jtoul-15-10-01

Foi. Depuis cinq ans, les soirées DJ in the church créent l’évènement à Toulouse. Derrière l’effet buzz, une réelle dynamique est en marche pour réconcilier les étudiants avec l’Eglise catholique. Communication, évènementiel, formation des jeunes, ‘‘évangélisation’’, les activités de la paroisse étudiante se multiplient et touchent tous les aspects de la vie quotidienne.

Par Coralie Bombail

 

La paroisse étudiante de Toulouse est une initiative expérimentale unique en France. Ouverte en 2006 par l’archevêque de Toulouse, cette paroisse compte un prêtre diocésain dédié, environ 600 étudiants bénévoles, 60 groupes thématiques, et deux fraternités. Le principe, « tout est fait par les étudiants pour les étudiants », résume le père Arnaud Franc, jeune prêtre de la paroisse étudiante. Objectif : dépoussiérer la pratique religieuse. Le festival Open Church, qui se déroule actuellement, est né du conseil pastoral des étudiants : « C’est génial ! Ça bouscule les esprits et les images », s’enthousiasme le père Arnaud Franc. Les soirées ‘‘DJ in the church’’ les samedis soirs attirent entre 1000 et 1500 étudiants. Le genre d’évènement qui a de quoi décomplexer les étudiants cathos : « On a beau aller à la messe, on est des jeunes et on sait faire la fête », lance Charlotte, bénévole depuis quatre ans à la paroisse. Ce festival l’a poussée à s’investir davantage, elle est aujourd’hui membre du staff responsable de la diffusion, c’est-à-dire du tractage et de l’affichage dans les universités pour annoncer l’évènement. Grâce à cela, « j’arrive aujourd’hui à assumer ma foi », confie-t-elle.

« On a beau aller à la messe, on est des jeunes et on sait faire la fête »

C’est la clé de la stratégie de communication de la paroisse étudiante : moderniser son image pour que les étudiants aient plus de facilité à s’assumer en tant que jeunes catholiques. En 2010, la paroisse a intégré un aumônier chargé de la communication, Cyril Satgé. Depuis, un site internet très abouti et bien référencé a vu le jour, avec une charte graphique, et un slogan : « Pour les étudiants qui ont soif d’autres choses ». La paroisse est également présente sur les réseaux sociaux et a un compte Youtube. « Au niveau de la communication, la dynamique toulousaine est plus aboutie qu’ailleurs », avoue Cyril Satgé. Lui-même forme les jeunes catholiques à communiquer sur le web : « Je leur donne quelques clés pour les éduquer à partager sur les réseaux sociaux ce qu’ils pensent, mais aussi pour ceux qui gèrent la communication des évènements », précise-t-il. Même ‘‘professionnalisme’’ en ce qui concerne l’évènementiel : « On travaille avec la société Event Staff qui fournit toute la logistique pour les soirées DJ in the church notamment, ce qui permet d’avoir un bon son, une bonne lumière et respecter les normes de sécurité ». Rien n’est laissé au hasard. « On sort de l’amateurisme, souvent le problème de l’église est de ne pas être assez professionnel dans l’organisation de ses évènements », remarque-t-il. Tout est fait pour que les jeunes d’aujourd’hui se reconnaissent dans l’église. De nombreuses initiatives en témoignent: le challenge des cathédrales, par exemple qui n’est autre qu’un tournoi de rugby interdiocésain au niveau national. Là encore, Toulouse a fait figure de pionnière en organisant cet évènement pour la première fois il y a 3 ans. L’idée sera reprise en 2016 par le diocèse d’Aix en Provence avec un message accrocheur : « Que vous soyez joueur de rugby de haut niveau ou simple joueur amateur, spécialiste de la 3ème mi-temps ou supporter professionnel, que vous soyez une fille ou un garçon, un étudiant ou un jeune professionnel, vous êtes tous invités. » La paroisse dispose de tout un service arts et loisirs, et propose diverses activités entre randonnées à la montagne et cours de chant. Elle offre également une aide aux étudiants avec les Jéri’colocs ou colocations chrétiennes, qui sont une autre spécificité toulousaine. Elles permettent aujourd’hui de loger 80 étudiants qui vivent ainsi leur foi en communauté.

« Evangéliser, c’est d’abord un acte social »

Si l’emballage est moderne et tendance, le message délivré reste intact : « Il reste très actuel, il y a une éternité dans le message du Christ qui marche à tous les coups, mais il faut bien le comprendre et bien le recevoir », explique Cyril Satgé. La formation des jeunes sur la bible mais aussi sur la doctrine sociale de l’église reste une priorité de laquelle découle ‘‘l’évangélisation’’. Le mot fait peur a priori. Josué, étudiant en droit qui vit dans une fraternité (une communauté de vie entre plusieurs étudiants, un couple de laïcs et un prêtre), s’occupe de ce pôle : « Je veux dédiaboliser ce mot auprès des jeunes », déclare-t-il. Avec le groupe ‘‘De Saint-Pierre à Saint-Pierre’’, il part « évangéliser les gens dans rue ». Les réactions sont souvent sceptiques voire hostiles, mais Josué ne se décourage pas : « Il faut briser le tabou, aujourd’hui on ne peut plus parler de rien, ni de religion, ni de politique… Evangéliser, c’est d’abord un acte social. » Aller vers les gens, c’est l’occasion pour lui de rectifier « la vision erronée de l’église, qui a un travail à faire sur son image ». Le père Arnaud Franc confirme : « La majorité des gens est restée sur une image du passé, la communication est depuis le début une priorité pour nous ». La paroisse étudiante ne fait pas l’impasse sur les sujets sociétaux : « Au moment du mariage pour tous, nous avons organisé un cycle de conférences », cite en exemple Cyril Satgé, « il y a deux ans, nous avons également créé un groupe sur l’homosexualité car les prêtres s’étaient rendus compte que les étudiants se posaient beaucoup de questions à ce sujets, nous sommes une église pour tous. » Accueillir tout le monde dans la différence, tel est le credo. « L’Eglise a le devoir d’aller vers les gens qui sont exclus, qui sont dans la marge », ajoute l’aumônier en charge de la communication. Si le Pape François a fait preuve d’une certaine ouverture envers les homosexuels, envers les personnes divorcées, notamment la doctrine de l’Eglise ne varie sur ses principes : l’acte homosexuel est considéré comme ‘‘désordonné’’ et un premier mariage reste indissoluble. Le challenge est d’arriver à expliquer tout cela avec « des mots d’aujourd’hui », selon Cyril Satgé, et avec des méthodes contemporaines. D’ailleurs le Pape vient de sortir un album pop rock… Quoi de mieux que la musique pour faire passer le message. Effet coup de jeune garanti !

 

En chiffres :

600 bénévoles à la Paroisse étudiante

Entre 1500 et 2000 étudiants à la messe de rentrée

8 baptêmes étudiants en 2014

15 confirmations en 2014

 

Prochains évènements :

3 octobre 2015: Soirée DJ in the church à la paroisse étudiante, 21 rue valade.

8 octobre 2015 : Messe de rentrée à la cathédrale de Toulouse

19/20 mars 2016 : Pèlerinage des étudiants de Toulouse pour le week-end des Rameaux

Tous les renseignements pratiques sur etudiants-toulouse.catholique.fr

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.