Cop ou pas cop de sortir des bouchons ?

©Franck Alix/JT
©Franck Alix/JT

 

DEFI. Véritable serpent de mer de l’agglomération toulousaine, les bouchons sont devenus la bête noire de nombreux automobilistes. Vecteur de stress, mais aussi de pollution, éviter les embouteillages devient une urgence. La rédaction éphémère de Place to B, a planché sur des solutions alternatives !

 

Merci  à Cécile Varin, Delphine Tayac, Marine Mugnier et Anne Mignard, Océane Oulés et Margaux Thokagevitsk qui ont collaboré à ce dossier avec Coralie Bombail

 

Avec 20 000 habitants de plus chaque année, Toulouse est confrontée à un trafic routier sans cesse plus dense. Le taux de congestion de la ville atteint des pics de 56 % le matin et de 53 % en soirée. Une situation qui agit directement sur la qualité de l’air à cause des émissions d’oxydes d’azote (NOx), de particules en suspension (PM10 et PM2.5), mais aussi des gaz à effet de serre (GES). Elle agit également sur la qualité de vie des habitants. Dans le Sud-ouest toulousain, le hashtag #Marredesbouchons envahit les réseaux sociaux. Une campagne de lobbying lancée par le Sicoval en faveur du prolongement de la ligne B de métro jusqu’à Labège, relayée en masse par la population. Il faut dire que l’échangeur du Palays, qui dessert ce secteur est l’un des points noirs les plus problématiques du périphérique. Si l’évolution de la situation dépend en grande partie des pouvoirs publics, il existe déjà de nombreux dispositifs pour passer à travers les bouchons !

 

 

©Julie Rieg
©Julie Rieg

Coovia : le Blablacar des trajets quotidiens

Se déplacer à Toulouse d’un point A à un point B le plus rapidement possible. Y compris en évitant les bouchons. Tel est le crédo de Coovia. Cette start-up toulousaine a développé une application qui permet aux Toulousains de calculer l’itinéraire le plus rapide possible en combinant transports en commun, stations de vélos en libre-service et covoiturage.

Comment ça fonctionne ?

L’application pour smartphone Coovia permet de trouver en temps réel le trajet le plus rapide en combinant transports en commun, vélo, covoiturage et marche à pied. Il suffit de renseigner, via l’application, son point de départ et son lieu d’arrivée. L’application trouve alors le meilleur moyen de transport disponible et propose d’être mis en contact alors les conducteurs qui ont déposé une offre sur votre trajet.

A qui s’adresse Coovia ?

A tous les Toulousains pour leurs trajets quotidiens. 2000 trajets ont déjà été enregistrés sur l’application. Ciblant en particulier les déplacements domicile-travail, Coovia développe des applications internes aux grandes entreprises. Les salariés d’Airbus disposent d’un site Coovia en interne et dès demain, le 1er décembre, ATR proposera à ses employés de covoiturer ensemble via Coovia. « Une façon de mettre les utilisateurs en confiance » souligne David Larcher.

On y gagne quoi ?

Du temps et de l’argent ! Parmi les solutions proposées par l’application le plus rapide s’avère souvent le covoiturage. « Pour un trajet Blagnac-Balma, nous avons calculé un temps de trajet de 35 minutes en covoiturage contre une heure en transport en commun », explique David Larcher, fondateur de Coovia. Les tarifs avoisinent seulement quelques euros. « Les tarifs sont basés sur le prix des transports en commun, soit environ 10 centimes d’euros le kilomètre » poursuit David Larcher. Le montant peut être payé directement en ligne.

 

Et pourquoi pas le télétravail ?

Stéphane Hamant, gérant de la société de développement de logiciels ICAP impose à ses salariés de passer au télétravail. A la clé, il a enregistré des gains en productivité et moins de stress dans ses équipes. Témoignage.

« Nous avons créé l’entreprise en 2006 et avons rapidement proposé à nos salariés de faire du télétravail 1 ou 2 jours par semaine. Aujourd’hui, nous sommes passés à 2 jours et demi. Nous imposons ce système, mais les salariés peuvent venir à leur guise au bureau s’ils en ont besoin.

Le bilan est positif. N’utilisant pas leur voiture, les employés sont moins stressés, notamment par les bouchons, les parents peuvent gérer leur emploi du temps tout en dépensant moins de frais pour leur déplacement en voiture.

Après deux ans de mise en place et d’autres mesures en faveur du bien-être au travail, nous avons constaté une hausse de 20 % de la productivité. Les entreprises ont donc tout à y gagner, mais encore faut-il qu’elles aient confiance en leurs salariés. Cela reste le principal frein à l’essor du télétravail».

 

Source Tom Tom
Source Tom Tom

 

Tisséo, le coach mobilité des entreprises !

Depuis 2008, le SMTC de Tisséo, a mis en place un service de conseil mobilité destiné aux entreprises. Le but, faciliter les déplacements des salariés, notamment dans les grands bassins d’emplois où les bouchons sont devenus le lot du quotidien. L’accompagnement va de l’étude interne des moyens de transport utilisés par les salariés, à des propositions de solutions adaptées selon les problématiques relevées. Le covoiturage reste l’une des options les plus souples. Le SMTC a mis en place un outil en ligne, à disposition des entreprises adhérentes à ce service. Les salariés d’une même zone d’activité peuvent organiser directement, via cette plateforme, leur trajet domicile/travail, en covoiturage. Ce service compte une cinquantaine d’entreprises toulousaines, dont Continental, Thalès, Airbus (selon les chiffres 2014 de l’Observatoire Plan mobilité). Au total, on dénombre environ 4000 inscrits sur l’aire urbaine de Toulouse, soit plus de 900 ‘‘covoitureurs’’ réguliers. Mais le SMTC ne s’arrête pas là. Il peut proposer toute une gamme de solutions aux entreprises : la mise en place d’une flotte de vélo, ou de parc à vélos, la création des places de stationnement réservées au covoiturage, une information personnalisable auprès des salariés sur les transports en commun…

Aujourd’hui près 150 entreprises sont en partenariat avec le SMTC Tisséo pour optimiser les trajets de leurs salariés. Ce qui peut directement induire sur leur porte-monnaie ! A noter : selon une étude du SMTC, un trajet domicile-travail de 20km en voiture coûte 4140€ par an.

 

Le vélo, c’est l’avenir !

Si vous habitez à proximité de l’une des 253 stations de Vélo Toulouse, profitez de ce service qui ne coûte que 20€ par an (abonnement avec la carte Pastel) ! Ouvert 24h/24, 7j/7, c’est pratique et efficace. A noter que l’application AllBikesNow vous permettra de trouver la station la plus proche de l’endroit où vous vous situez.

Sinon, vous pouvez opter pour la location de vélo, vintage ou pliant, à la Maison du vélo (Bd Bonrepos à Toulouse), qui propose des abonnements pour une utilisation quotidienne, mais aussi pour des randonnées. Un endroit où l’on trouve un atelier de réparation gratuit pour les adhérents, des cours de vélo pour enfants et adultes (afin d’apprendre à pédaler en toute sécurité en ville), une vélocythèque et même un restaurant !

 

Et bientôt une voie rapide du vélo…

Des pistes cyclables sécurisées qui relient plusieurs villes de l’agglomération toulousaine entre elles, c’est le REV ou Réseau Express Toulouse. L’idée lancée par l’association 2 pieds, 2 roues est actuellement à l’étude à Toulouse métropole. L’objectif de cette infrastructure est de permettre aux cyclistes d’atteindre la vitesse de 20 km/h. Attention aux radars…

 

 

Le saviez-vous ?

Sur un trajet domicile-travail de 20 kilomètres :

• prendre sa voiture tous les matins coûte 4 140€/an

• prendre le métro coûte moins de 250€/an

• prendre le vélo 420€/an.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.