jeudi 3 décembre 2020
Actualités Pour ou contre les manifestations des patrons ?

[Clash] Pour ou contre les manifestations des patrons ?

Pour : Bernard Ourmières

Vice-président Industrie de la CGPME 31

 

Comment être contre les manifestations des patrons ?

Pourrait-on aussi être contre les manifestations de certains employés ou fonctionnaires, des infirmières, des gauchers, des blondes ?

Nous parlons ici des vrais patrons, responsables sur leurs deniers, leur patrimoine familial et leur santé, de leur entreprise et de ses salariés. Responsables financièrement, civilement et pénalement.

Ces patrons de TPE/PME, depuis 30 ans, ont représenté la totalité de la création d’emplois quand le CAC40 en perdait 1%.

Par quel raisonnement aberrant les pousse-t-on aujourd’hui à manifester puisqu’ils sont exaspérés non seulement de ne pas être écoutés, mais d’être considérés comme des voyous. Certes les lois sont en zigzag mais la tendance est lourde vers une punition systématique : fiscalité, compte pénibilité, loi Hamon, dividendes…

Les patrons osent dire maintenant qu’ils ne sont pas des voyous ; non entendus, ils manifestent et ne sont pas obligés de devoir accepter une condamnation à une peine de travaux d’intérêt général consistant à assurer un emploi aux autres.

Comment peut-on se demander s’ils ont le droit de manifester ?

 

Contre : Solveig Rousselot

Co- secrétaire du comité Toulouse-Nord du Parti de Gauche 31

 

Les organisations patronales dans la rue ? Ça pose quelques questions. Le MEDEF est la CGPME représentent une partie du patronat liée aux intérêts financiers. Des intérêts qui sont loin d’être ceux des PME, asphyxiées par l’austérité et les grands groupes qui les sous-traitent. Mais de quoi M. Gattaz va-t-il se plaindre alors que tout ce qu’il demande lui est servi depuis deux ans et demi sur un plateau par le gouvernement ?

Cadeaux fiscaux de 40 milliards sans contreparties, précarisation du travail avec l’ANI (Accord national interprofessionnel), quasi-gel du salaire minimum… Et maintenant, les annonces sur les 35h, les contrats uniques, voire les périodes d’essai de 2 à 3 ans.

Mais cette politique est très loin d’être dans l’intérêt des nombreuses PME du pays. Elles payent par exemple plus d’impôts que les grands groupes du CAC40.  Au contraire, l’intérêt des PME est dans une augmentation des salaires, pour remplir les carnets de commandes et dans de grands investissements de l’Etat pour une reconversion écologique de notre industrie. Ce n’est pas d’une vision flétrie de l’économie qu’on applique aveuglément depuis 30 ans, dont elles ont besoin, mais d’une relance et de grands projets sur l’avenir.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport