samedi 24 octobre 2020
Actualités Balades, expos et réalité augmentée : découvrez la Haute-Garonne à travers ses...

Balades, expos et réalité augmentée : découvrez la Haute-Garonne à travers ses paysages fluviaux

Tour à tour montagnarde, industrielle, lacustre, urbaine ou agricole, la Garonne reflète une histoire riche et attachante. Balades, expos et applis, le projet « Autres Garonnes » propose des outils ludiques et interactifs pour découvrir le lien ancestral qui unit les Haut-Garonnais et leur fleuve.

Découvrez la Garonne grâce à des vues en “réalité mixte” du fleuve via l’application “Archistoire autres Garonnes” © CAUE31

Elle prend sa source dans le Val d’Aran, en Espagne, puis va se jeter, 647 kilomètres plus bas, dans les eaux salées de l’estuaire girondin. Elle, c’est la Garonne. Et, avant de se confondre avec l’océan, elle traverse Toulouse et le département qui lui doit son nom : la Haute-Garonne. En partenariat avec le Conseil d’architecture d’urbanisme et de l’environnement (CAUE31) local, le conseil départemental a souhaité développer un ensemble d’outils de sensibilisation pour découvrir, le long de deux itinéraires touristiques, comment le fleuve a façonné le paysage et la vie des hommes qui se sont installés sur ses rives. Une manière pour la collectivité de valoriser ce trésor naturel et patrimonial.

Un fleuve, quatre territoires

Quatre parcours pédagogiques, correspondant à quatre entités paysagères distinctes, vont ainsi être déployés sur la via Garona, un chemin de randonnée pédestre (GR 861) qui suit le fleuve, et la TransGarona, une piste cyclable qui remonte jusqu’à sa source. Grâce à des expositions, des carnets de voyage, une application smartphone ou des ateliers de sensibilisation, les marcheurs et cyclistes vont pouvoir s’immerger dans l’histoire d’un fleuve aux multiples facettes.

Décliné en quatre volets, le projet « Autres Garonnes » propose donc aux visiteurs de découvrir les nuances entre la Garonne toulousaine et celle des Pyrénées, du Comminges ou du Volvestre. Tour à tour montagnarde, industrielle, lacustre, urbaine ou agricole, celle-ci étire ses méandres sur près de 200 kilomètres au sein du département et surprend par la diversité des panoramas qui la bordent. « La Haute-Garonne est indissociable de son fleuve. De l’origine de l’occupation du territoire jusqu’à nos jours, les interactions entre les humains et leur fleuve ont durablement forgé les paysages », rappelle Ghislaine Cabessut, présidente du CAUE31 et conseillère départementale.

Des outils pour décrypter les paysages

Ainsi, sur chacun des quatre secteurs géographiques, une équipe de spécialistes a identifié une vingtaine de sites propices à un exercice de « lecture du paysage », tels qu’une gravière, un barrage ou l’implantation des villages sur le rivage. « À travers la géologie, la géographie ou l’architecture, nous pouvons suivre l’évolution de la relation entre l’homme et le fleuve. Comment se l’est-il approprié ? Quels usages culturels, industriels ou économiques en a-t-il fait ? Comment a-t-il su parfois le protéger ou, au contraire le maltraiter ? » commente Nicolas Delbert, géographe et urbaniste, chargé de mission pour le CAUE31.

Pendant deux ans, les spécialistes ont donc planché sur la réalisation de divers outils pédagogiques. Une application utilisable sur smartphone, “Archistoire autres Garonnes”, permet notamment d’accéder à un contenu de réalité semi-augmentée (Les images sont déjà intégrées à l’application, NDLR). « Grâce à un système de géolocalisation par GPS, le promeneur est averti qu’il arrive sur un point remarquable. L’application lui propose alors une image à 360 degrés enrichie de liens vers des informations », explique Nicolas Delbert.

Une programmation échelonnée jusqu’en 2022

Les plus curieux pourront également aller visiter l’une des quatre expositions itinérantes, la première étant prévue à la Maison Garonne de Cazères, ou feuilleter l’un des quatre Carnets de voyage. Ces guides, d’une centaine de pages, sont illustrés et parfaitement documentés. Il est aussi possible de participer, ponctuellement, à des promenades commentées et gratuites. Si l’ensemble des outils est déjà disponible pour la section du Volvestre, il faudra attendre cet automne pour découvrir l’exposition du Comminges, l’été 2021 pour celle qui se tiendra à Toulouse et le début de l’année 2022 pour le dernier volet dans les Pyrénées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport