Les associations du quartier des Pradettes ne veulent plus de nouveaux logements

Le collectif des associations du quartier des Pradettes fait entendre son opposition au projet d’aménagement des terrains de Bordeblanche, présenté par la Mairie de Toulouse. Une action est prévue ce samedi, à 10 heures, sur la place des Pradettes.

« Nous voudrions préserver la dernière zone non bâtie de notre quartier », explique simplement Malik Beldjoudi, le président du collectif du quartier des Pradettes, qui représente 40 associations et plus de 3000 membres. Il évoque les 20 hectares des terrains de Bordeblanche, situés à proximité du siège de La Dépêche du Midi, sur lesquels la Mairie de Toulouse prévoit de bâtir 300 logements, à partir du milieu de la prochaine décennie. « Des constructions supplémentaires ne feraient que fragiliser notre quartier, qui a été le plus densifié de la ville ces six dernières années. Il faudrait à présent que le rythme ralentisse », plaide Malik Beldjoudi, précisant que la densité de ce secteur est déjà supérieure à celle autorisée par le Plan local d’urbanisme.

Moitié moins de logements que dans le projet initial

Présente aux nombreuses réunions de concertation organisées auprès des habitants, l’adjointe au maire chargée de l’urbanisme Annette Laigneau parle d’un revirement : « Je suis surprise que tout soit remis en cause, alors que nous avions trouvé un accord sur le devenir de ce quartier. Avec ce projet, nous réduisons quasiment de moitié le nombre de logements prévu par la précédente municipalité. » À proximité, une nouvelle école est sortie de terre ; une salle polyvalente et un gymnase doivent également voir le jour : « Si nous construisons des équipements publics, c’est aussi pour que du monde puisse en profiter », fait valoir l’élue.

Un projet agro-urbain alternatif

Ce samedi, à 10 heures, sur la place des Pradettes le collectif des associations du quartier des Pradettes présentera son projet alternatif « agro-urbain ». Il s’agirait d’utiliser l’espace de Bordeblanche pour faire des jardins partagés : « Cela permettrait, entre autres, de lutter contre le réchauffement climatique et d’améliorer la biodiversité, tout en faisant écho aux déclarations du maire qui veut faire de Toulouse une ville exemplaire sur le plan écologique, notamment en ramenant la nature en ville » détaille Malik Beldjoudi. Jean-Luc Moudenc doit justement rencontrer, ce samedi, les responsables du collectif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.