dimanche 17 octobre 2021

Contact

ActualitésOccitanie : menacée par un médecin, l’ARS saisit le procureur de la...

Occitanie : menacée par un médecin, l’ARS saisit le procureur de la République

Dans une vidéo publiée lundi sur les réseaux sociaux, un médecin profère des menaces « d’une grande violence » envers les directeurs de l’Agence Régionale de Santé (ARS) d’Occitanie. Le procureur de la République est saisi.

ARS Occitanie médecin
Capture d’écran de la vidéo en question, dans laquelle le médecin profère des menaces contre l’ARS Occitanie.

L’Agence Régionale de Santé (ARS) d’Occitanie est mise en cause dans une vidéo publiée lundi 20 septembre sur les réseaux sociaux. Diffusée dans le cadre d’une manifestation devant les locaux de l’établissement à Montpellier, un médecin y profère des « propos d’une grande violence et menaçants pour la vie de directeurs », explique l’ARS. « Si la justice ne suffit pas, ce qui prévaut au-dessus de la justice étatique, c’est la loi de la nature », affirme le praticien montpelliérain qui accuse les autorités de santé de mettre en danger la vie des Français en imposant le pass sanitaire : « Il y aura des citoyens qui connaîtront votre adresse. On sait où vous êtes, vous risquez votre vie. C’est pas pour vous faire peur, c’est juste pour vous informer ».

Une plainte déposée

Des propos qui ont poussé le ministère des Solidarités et de la Santé et l’ARS Occitanie à saisir le procureur de la République et les représentants de l’Ordre des médecins. Ils souhaitent que des poursuites judiciaires et des mesures disciplinaires soient engagées à l’encontre du médecin à l’origine des menaces. « Un signalement a également été réalisé sur la plateforme des signalements Internet du ministère de l’Intérieur », ajoute l’Agence Régionale de Santé.

Très actif dans les manifestations “antivax” et “antipass”, le médecin en question a déjà fait l’objet de plusieurs plaintes, notamment pour ses propos controversés sur le covid-19. Le 17 septembre dernier, il a publié sur les réseaux sociaux le certificat de vaccination d’une adolescente de 15 ans décédée cet été, un mois après une injection du vaccin. Le nom de l’infirmière ayant réalisé la piqûre y est clairement affiché. Cette dernière a, par la suite, été victime de menaces et de harcèlement.

 

spot_img

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d'un événement d'actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img