Arrêté anti-bivouac à Toulouse : le Dal 31 répond à Jean-Luc Moudenc

L’arrêté anti-bivouac, pris ce jeudi 12 septembre par Jean-Luc Moudenc, fait vivement réagir les associations. À commencer par Droit au logement 31, qui accuse le maire de Toulouse de vouloir « cacher la misère ».

« Cette mesure ne va pas supprimer la pauvreté, elle va simplement la rendre moins visible », lance Nina Condeço, porte-parole de l’association Droit au logement en Haute-Garonne (Dal 31). Cette dernière réagit à l’arrêté anti-bivouac pris ce jeudi 12 septembre par Jean-Luc Moudenc, « afin de tenter de mettre fin aux campements illégaux sur l’espace public ». Ceux-ci étant aujourd’hui au nombre de 26 dans le centre-ville, selon le dernier décompte de la mairie. « Cet arrêté constitue un levier juridique supplémentaire qui nous permettra, je l’espère, de rendre plus fréquente — donc plus efficace — l’intervention de la Police Nationale afin de faire reculer ce phénomène », poursuit l’édile. Pour Nina Condeço, mieux vaudrait appliquer la loi sur la réquisition des logements vacants, investir massivement dans la construction sociale et encadrer les loyers, « qui ont augmenté de 25 % en vingt ans à Toulouse ».

« En aucun cas nous ne travaillons avec des réseaux ! »

Quant aux propos tenus par Jean-Luc Moudenc en conférence de presse, évoquant “une répartition des tâches sinistres entre les réseaux et des associations politisées”, la porte-parole du Dal 31, visé à demi-mot, s’offusque : “Notre mission est de recevoir et d’aider les personnes en grande précarité. Parce que le système va les isoler davantage, nous essayons de les fédérer. Mais en aucun cas nous ne travaillons avec des réseaux !” Dans les tout prochains jours, elle entend “construire une réponse collective”, aux côtés d’autres mouvements et associations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.