mardi 22 juin 2021

Contact

PolitiqueUn anniversaire en demi-teinte pour Jean-Luc Moudenc

Un anniversaire en demi-teinte pour Jean-Luc Moudenc

Une bougie. Jean-Luc Moudenc a ‘‘fêté’’ cette semaine ses un an de mandat à la tête de Toulouse et de la métropole. Entre le contexte financier complexe et la défaite aux départementales, ce début de parcours semble semé d’embûches…

Difficile de dresser un bilan au bout d’un de mandat. A peine le temps de s’installer, qu’on passe déjà sur le grill de l’opposition et des médias. C’est le jeu. Et Jean-Luc Moudenc s’y est prêté lors d’une traditionnelle conférence de presse. Il était particulièrement attendu sur la hausse des impôts : 7,5% à la métropole et 15% à la ville. L’exemple le plus flagrant d’une promesse électorale pour l’opposition municipale. Jean-Luc Moudenc renvoie la faute sur son prédécesseur et sur le gouvernement, « mais sa popularité auprès des citoyens pourraient tout de même en pâtir », remarque notre politologue Stéphane Baumont, pour qui l’épisode des départementales a déjà laissé des traces… « Cela montre que la mayonnaise n’a pas pris et cet échec pourrait poser problème dans la gestion de la métropole, qui s’annonce plus technique et moins politique », analyse-t-il. Une technique « neutre » de « gestionnaire en temps de crise basée notamment sur la fiscalité ». Et une stratégie qui repose sur deux piliers : « Pas de prise de risque dans l’orientation politique et une communication maîtrisée », résume Stéphane Baumont. Une bonne stratégie pour passer la tempête et atteindre 2019… Et après ? Jean-Luc Moudenc est resté, malgré sa promesse de démissionner, président de l’UMP 31 « mais pour en faire quoi ? », se demande le politologue, « sachant qu’il ne se positionne pas pour les régionales, veut-il aller plus loin en politique ou rester sur Toulouse ? ».

« Le patron de la droite »

Pour François Briançon, élu de l’opposition, « il est clair qu’il veut s’imposer comme le patron de la droite, on le voit une fois encore pour les régionales pour lesquelles il a réuni les 40 élus de la droite et du centre au Capitole et a mené tout le processus de désignation ». Il fait également remarquer « un comportement bizarre envers la ville, dans les recrutements et révocations d’agents : il est en train de construire une ville de Toulouse UMP », dénonce-t-il. Pourtant, Jean-Luc Moudenc a voulu insister sur « l’exemplarité des institutions » lors de son rendez-vous avec la presse, en mentionnant notamment sa démission au poste de député : « Je suis le seul député-maire de France à l’avoir fait », a-t-il affirmé. Il a également tenu à rappeler « le passage en métropole qui s’est déroulé dans l’apaisement » et « les bases du dialogue instauré avec le maire de Montpellier, Philippe Saurel » dans le cadre de la fusion des Région. Juste avant la conférence de presse, il ressortait d’un rendez-vous avec son homologue montpelliérain… Voilà un enjeu de taille à moyen terme pour Jean-Luc Moudenc : comment va-t-il gérer « ce débat-combat avec Montpellier », dixit Stéphane Baumont, pour en ressortir grandi mais pas perdant ?

 

 

 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img