Tèrra : le projet alternatif d’Archipel Citoyen pour le quartier Matabiau

Pour Antoine Maurice, tête de liste du mouvement Archipel Citoyen pour les élections municipales, le réaménagement du quartier Matabiau tel qu’il est prévu par Jean-Luc Moudenc est l’exemple même d’ « un projet imposé et irresponsable », dont la tour d’Occitanie est, selon lui, le symbole. Lui propose une alternative nommée Tèrra…

Archipel Citoyen
©Séverine Sarrat-JT

« Teso est un programme urbain élaboré avec les promoteurs, Tèrra le sera avec les habitants. » C’est ainsi qu’Antoine Maurice, leader de la liste Archipel Citoyen en lice pour les municipales, présente son nouveau projet, baptisé Tèrra. Il s’agit-là de proposer une alternative à l’aménagement « imposé » du quartier Matabiau prévu par l’actuelle majorité. La tour Occitanie en cristallisant tous les maux : « Ce projet est irresponsable et symbolique de la politique menée par Jean-Luc Moudenc qui n’a pas tenu compte des concertations. Il est disproportionné, sa végétalisation est improbable et son entretien sera hors de prix », résume Antoine Maurice.

« Faire de l’écologie heureuse et populaire »

En lieu et place de l’ex-Teso, aujourd’hui Grand Matabiau-quais d’Oc, Archipel Citoyen propose la création d’un projet à mi-chemin entre l’écologie, la culture et l’urbanisme, baptisé Tèrra. Il est le fruit des réflexions menées lors des ateliers citoyens du mouvement. Et si les grandes lignes en sont définies, « les habitants du quartier seront appelés à se prononcer. Ils pourront amender, mixer ou même refuser nos différentes options, toujours dans une logique de démocratie participative », précise Gwarr, colistier d’Antoine Maurice.
Dans ce lieu, qui prendrait place entre Les Raisins et la gare Raynal, les membres de la liste Archipel Citoyen imaginent « faire de l’écologie heureuse et populaire pour vivre en commun : un endroit entre culture et nature ». Il est d’abord question d’élaborer un espace occitan « dédié à la présentation et la mise en valeur de la biodiversité de la faune et de la flore, des paysages, mais aussi des modes de vie de notre région », explique Maya Laporte-Vergnes, 62e sur la liste. Mais, le site pourrait également faire état de la richesse historique de la ville, en répertoriant les différents savoir-faire qui ont permis à Toulouse de se développer économiquement, comme le pastel, la brique rouge ou encore la violette. Une mémoire à promouvoir, dont fait partie la gastronomie. « Cet espace de vie pourrait devenir un lieu d’échanges autour du bien-manger avec une zone consacrée aux producteurs locaux et bio, une zone festive et récréative où de jeunes établissements pourraient s’installer et des événements pédagogiques pour apprendre à mieux se nourrir », précise-t-elle.
Une grande place serait faite à la culture dans ce nouveau lieu « unique en France ». Un écoparc borderait le site, où des expositions de land art et de design urbain côtoieraient les installations de permaculture et les vergers. Une sorte de ‘’fabrique des savoirs de l’humain’’ verrait également le jour dans laquelle architecture, environnement, design et urbanisme seraient autant de dimensions abordées de manière créative pour imaginer le modelage de la ville de demain.

Une alternative au projet Teso

Et au-delà de l’expérimentation écologique transversale que représente Tèrra, le programme doit aussi incorporer de l’habitat. « Les maisons vétustes y seraient remplacées par des logements durables, à haute qualité environnementale », détaille Antoine Maurice, « ceci pour proposer une alternative à ceux qui se sont vus expropriés par le projet de Jean-Luc Moudenc ».
Projet qui d’ailleurs sera remis en question par l’équipe d’Archipel citoyen si celle-ci vient à prendre la mairie de Toulouse : « Nous attendons de connaître l’issue des recours contre la tour Occitanie et nous utiliserons ensuite tous les outils à notre disposition pour revenir sur ce programme. Concernant Teso, il reste beaucoup de marge de manœuvre puisque les permis de construire n’ont pas encore été délivrés », conclut Antoine Maurice pour qui la version définitive de l’aménagement du quartier Matabiau prendrait en compte les dimensions déjà validées par les habitants pour y incorporer celui de Tèrra.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.