Régionales : Le FN mise sur ses prises de guerre

©Myriam Balavoine
Maité Carsalade, tête de liste FN en Haute-Garonne, ex baudisienne©Myriam Balavoine

Casting. Le candidat FN, Louis Aliot, était lundi dernier à Toulouse pour révéler les 38 noms haut-garonnais de sa liste. Volonté : mettre en valeur les personnalités récemment ralliés à la cause frontiste.

En Haute-Garonne, la liste du Front national aux régionales est menée par Maïté Carsalade, ancienne élue de Dominique Baudis, Philippe Douste-Blazy et Jean-Luc Moudenc. Le symbole est fort pour le parti frontiste, qui réserve des places de choix aux nouveaux ralliés emblématiques de la déroute des autres partis et en l’occurrence de « la droite classique ». En suivant cette logique, Chantal Dounot-Sobraquès, qui est également une ancienne élue municipale UMP, se voit attribuer la 3ème position de la liste, juste derrière le secrétaire départemental Julien Léonardelli. Contrairement à Maïté Carsalade, Chantal Dounot-Sobraques n’est pas encarté au FN. « Ce sont deux personnalités toulousaines, issues de la droite classique qui ont décidé de soutenir Louis Aliot, je crois que leur présence va amener les gens à réfléchir sur notre candidature », estime le secrétaire départemental. Autre prise de guerre, l’ancien directeur du théâtre Sorano, Didier Carette est en 6ème position, une place éligible.

« Leur présence va amener les gens à réfléchir sur notre candidature »

Lors de la conférence de presse, il est d’ailleurs affiché aux côtés de Louis Aliot et des trois premiers noms de la liste, face aux journalistes. « On dit que le FN n’aime pas la culture mais cette candidature prouve le contraire », jubile la tête de liste. Mis à part ces trois personnalités on retrouve sur la liste de nombreux candidats des élections départementales. La jeune garde du FN est représentée en positions éligibles avec Quentin Lamotte (trésorier FN31), Gabriel Robin (secrétaire général collectif culture du FN au niveau national). Mais de manière générale, la moyenne d’âge est assez élevée avec 17 candidats sur 38 qui ont plus de 60 ans (dont 8 septuagénaires). « Je n’ai pas fait les calculs, mais ce qui compte, c’est d’allier l’expérience à la jeunesse, à l’image des deux premiers noms de la liste, Maité Carsalade et moi-même », soutient Julien Léonardelli. Parmi les candidats « expérimentés », on remarque la présence de Serge Laroze, l’ancien patron du FN31, à la 28ème place.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.