La réaction de la gauche après la défaite d’Archipel à Toulouse

Romain Cujives, Pierre Cohen, Manuel Bompard : La réaction de la gauche toulousaine, après la défaîte d’Archipel Citoyen au second tour des municipales.

Cujives Bompard Cohen reaction gauche archipel

La soirée électorale d’Archipel Citoyen s’est éternisé, ce dimanche 28 juin, devant le restaurant toulousain Le J’Go. Comme pour noyer leur chagrin, les troupes s’y sont attardées. Comme Romain Cujives, responsable de la communication de la liste et nouvel élu d’opposition : « Je ressens de la déception et aussi de l’humilité. Nous n’avons encore pas réussi à convaincre. Et le fait que la gauche n’ait gagné qu’une fois à Toulouse ces cinquante dernières années doit nous interroger sur notre façon de mener campagne et de faire passer nos idées », analyse-t-il.

« Il y a six mois, tout le monde disait que Jean-Luc Moudenc serait réélu dans un fauteuil ! »

Député européen France Insoumise (LFI), Manuel Bompard veut voir le bon côté des choses : « Il y a six mois, tout le monde disait que Jean-Luc Moudenc serait réélu dans un fauteuil ! Cela a été beaucoup plus compliqué que ça pour lui. Grâce à une construction politique nouvelle. » Il se désole notamment de la faible participation à ce scrutin qui s’établit à seulement 44, 77 % : « Même s’il y a eu un rebond particulier à Toulouse, l’abstention grandissante révèle un problème démocratique dans ce pays. Un cap est franchi qui appelle une réflexion profonde sur le rapport entre les citoyens et la vie politique. » Et reviens sur les propos de Jean-Luc Moudenc, l’accusant « de tirer les ficelles d’Archipel » : « Le soutien de LFI était inscrit sur l’ensemble du matériel de campagne depuis le début. Nous n’avons caché personne ».

« Jean-Luc Moudenc n’est pas taillé pour la crise »

En dernière position de la liste d’Archipel Citoyen, Pierre Cohen ne siégera pas au conseil municipal, mais promet de ne pas lâcher la politique ni son rival de toujours : « Jean-Luc Moudenc n’a pas de vision et sera dans le suivisme du gouvernement. Il n’est pas taillé pour la crise qui se profile. C’est d’autant plus grave pour les Toulousains qu’il a déjà montré qu’il ne voulait pas des services publics et qu’il se moquait des plus pauvres. Il faudra que nous soyons là pour faire des contre-propositions. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.