samedi 31 juillet 2021

Contact

PolitiquePS, UMP, FN : tout le monde veut changer de nom !

PS, UMP, FN : tout le monde veut changer de nom !

Opé de com. Manuel Valls, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen sont tous d’accord sur un point : les marques de leurs partis respectifs seraient obsolètes. La controverse est lancée, y compris sur nos terres.

 

Les médias nationaux se sont emparés de l’affaire. Tout le monde en parle. Au PS, la bombe a été lâchée par le Premier ministre en personne, Manuel Valls. Monsieur veut lancer un rassemblement « de tous les progressistes » allant de la gauche de son parti jusqu’au centre version Bayrou. Et le tout en changeant de nom. La base locale serait plutôt circonspecte : « Le nom a-t-il autant d’importance qu’on veut bien le dire ? Et puis, pourquoi avoir honte de ce qu’on est ? », interpelle Emmanuel Auger, secrétaire du tout nouveau PS toulousain. Ce dernier explique d’ailleurs qu’il s’agit d’une « erreur de com’ de Manuel Valls. Le PS a toujours su travailler dans la complexité de ses courants. Certes la crise est grave, certes nous allons vers une recomposition de la gauche, mais le PS va une nouvelle fois résister. » Du côté de l’UMP, on semble moins attaché à la marque, l’histoire n’étant pas la même : « Pourquoi pas, cela pourrait redonner une nouvelle dynamique. Notre parti a aujourd’hui une mauvaise image de par les affaires, et Bygmalion en particulier. Changer de nom pourrait permettre de tourner la page », défend Serge Jouannem, élu UMP de Muret et soutien de Sarkozy pour la présidence de son parti. Au FN, la fracture semble consommée entre ceux qui défendent plutôt le père ou plutôt la fille. Serge Laroze, tête de liste aux dernières municipales à Toulouse, a choisi. Il reste fidèle à Jean-Marie et ne comprend qu’on puisse ouvrir le débat : « On change le nom d’une entreprise quand elle est en faillite, pas quand elle progresse. Cela ne nous apportera rien ! Ce n’est pas fondamental. Notre nom est désormais connu, et depuis que Marine est là, notre image a pour le moins évolué. » Notre politologue Stéphane Baumont résume ainsi les choses : « Valls, Sarkozy et Le Pen ont cette même volonté de donner l’illusion d’un nouveau combat politique, et de faire croire qu’ils ont changé pour changer la France. » En clair, il ne s’agit donc pas là de politique, mais bien de communication.

 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img