vendredi 4 décembre 2020
Politique PS : Nicolas Tissot n’a plus confiance

PS : Nicolas Tissot n’a plus confiance

Alerte. Les frondeurs sèment la panique sur les bancs de l’Assemblée nationale. A Toulouse, des socialistes s’inquiètent déjà pour les élections à venir.

« Est-ce que le PS va disparaître ? » La question est clairement posée par une voix socialiste toulousaine. La semaine dernière, c’est une petite confiance qui a été accordée par les députés à Manuel Valls. Le signe évident d’une majorité présidentielle qui s’effrite dangereusement, avec des frondeurs qui font des petits, des écologistes et communistes qui ne suivent plus. Vu de Toulouse, la fracture au sein du PS se confirme. Il y a quelques jours Sébastien Vincini était élu à la tête de la fédération départementale, mais avec une fronde qui s’organise en coulisses. Lors de ce scrutin, Nicolas Tissot (ancien adjoint de Pierre Cohen) a tenu le drapeau de la contestation interne : « Nous ne pouvons pas être rassurés par les orientations économiques choisies par le gouvernement. Les recettes actuelles ne fonctionnent pas, et on continue d’espérer que la raison l’emportera. » Afin d’inverser le cours des choses, celui qui est localement leader du mouvement « Maintenant la gauche » souhaite profiter des futures échéances internes, « des états généraux arrivent, nous ferons des contributions », et met en garde sa direction : « On va le faire quand notre congrès… En 2016 ? Le sujet devient tabou, et la rue Solférino joue la montre. C’est regrettable. » Nicolas Tissot s’inquiète également pour l’avenir électoral de la gauche en Haute-Garonne : « On ne donne plus beaucoup de bonnes raisons au peuple de gauche pour qu’il se rende aux urnes. Il y a donc maintenant une vraie hypothèse qu’on perde le département. Si rien n’est fait rapidement, cela pourrait être une boucherie ! Les municipales ont été une alerte.» L’ancien élu toulousain hausse même le ton pour aborder le devenir de son parti : « Si nous perdons les élections départementales, la question qui sera alors posée sera celle de la survie du PS. Notre parti est en danger, et n’est plus porteur d’un espoir nouveau. » Les frondeurs ne sont donc pas qu’à Paris.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport