samedi 5 décembre 2020
Politique Pour Pierre Cohen, « Jean-Luc Moudenc est un menteur »

Pour Pierre Cohen, « Jean-Luc Moudenc est un menteur »

C’est au tour de Pierre Cohen de mettre le maire sortant sur le grill et de s’attaquer à son bilan. Dans son collimateur, les promesses non tenues et l’affaiblissement du service public.

Parce que « c’est l’avenir de Toulouse qui se joue dans ces élections municipales », Pierre Cohen a abordé quelques « sujets qui fâchent ». Sa rivalité avec l’actuel maire de la Ville rose corsant ses propos : « Jean-Luc Moudenc est un menteur. Avec lui, les Toulousains sont en danger. » La tête de la liste Pour la cohésion passe en revue les promesses non tenues de 2014 à 2020. Il évoque l’augmentation des impôts de 15 %, la fin de la gratuité des transports pour les seniors, le projet de troisième ligne de métro « qui n’a pas avancé et ne verra pas le jour avant 2028 ».

Un manque de vision

Viennent ensuite sur la table quelques rancœurs. Comme les programmes déjà lancés qu’a repris Jean-Luc Moudenc à son arrivée au Capitole, il y a six ans : « Qu’il se les soit appropriés est de bonne guerre, mais qu’il les ait dénaturés est inacceptable », enrage Isabelle Hardy, colistière et ancienne adjointe au commerce de Pierre Cohen, qui regrette « le manque de vision du maire sortant ». Elle cite notamment l’installation de la compagnie La machine, « qui a suscité un énorme engouement, mais dont il n’est rien fait pour créer du lien dans les quartiers ou dynamiser les autres talents ». Ou le Quai des savoirs, « une jolie boîte, dont il y avait la possibilité de faire le totem européen de la culture scientifique ».

L’affaiblissement des services publics

L’ancien maire socialiste conclut par ce qui semble animer son combat contre son successeur : « Jean-Luc Moudenc est le meilleur élève de Macron. Il décline, dans nos territoires, son idéologie libérale, notamment par la diminution de la dépense publique. » Pierre Cohen parle ainsi « d’une ville livrée aux promoteurs », et de « la vente à la découpe du patrimoine municipal ». Il dénonce la privatisation de l’eau, de l’énergie et des parkings, la baisse des subventions aux associations et l’affaiblissement des services publics, « en faisant systématiquement payer plus pour offrir moins ».

Philippe Salvador
Philippe Salvador a été reporter radio pendant quinze ans, à Toulouse et à Paris, pour Sud Radio, Radio France, RTL, RMC et BFM Business. Après avoir été correspondant de BFMTV à Marseille, il est revenu à Toulouse pour cofonder le magazine Boudu.

Articles en rapport